Les militantes qui font avancer les droits des femmes

A l'occasion de la Journée internationale de la femme, francetv info revient sur les récents mouvements survenus à travers le monde pour défendre l'égalité entre les sexes. 

"Le 8 mars, c'est tous les jours." A l'issue du Conseil des ministres, mercredi 6 mars, la ministre des Droits des femmes, Najat Vallaud-Belkacem, a rappelé qu'elle présenterait en mai un projet de loi-cadre sur l'égalité. En attendant, une "convention de l'égalité" se tenait jeudi 7 mars à Paris, en présence de François Hollande, comme pour inaugurer la Journée internationale de la femme, célébrée le 8 mars, chaque année depuis un siècle. "Nous ne voulions plus des journées de célébrations et d'incantations, mais de l'action", a prévenu la ministre. 

Bien avant de figurer à l'agenda des discussions ministérielles, la lutte des femmes (et des hommes) en faveur de l'égalité a occupé la rue. Les suffragettes de 1913, redoutées dans cet article d'époque publié par Le Figaro.fr, sont devenues Femen, Pussy Riot, blogueuses égyptiennes ou manifestantes chinoises. Violences, inégalités salariales, discriminations, machisme ordinaire… Alors que l'humanité célèbre les femmes, ou plutôt les droits des femmes, francetv info revient en images sur les évènements récents qui ont marqué ce combat ancestral.

113
Forum économique de Davos, manifestation en faveur du mariage des homosexuels, élections législatives italiennes, démission de Benoit XVI ou comme ici en Pologne à l'occasion de l'Euro 2012, les Femen étaient de tous les évènements. Leurs méthodes ont suscité le débat à chacune de leurs actions. Un camp d'entraînement s'est ouvert à Paris, en 2012. GERO BELOER / AP / SIPA
213
Dans le cadre d'une performance de l'artiste chinois Kang Yi, réalisée le 8 février 2012, une jeune femme défile dans les rues de Wuhan (Chine) en tenant trois hommes en laisse. Son but : inverser le rapport de force pour dénoncer les inégalités entre les sexes et les violences domestiques. REUTERS
313
Des étudiantes chinoises manifestent contre les violences domestiques, le 25 novembre 2012, dans la province de Hubei. "Les violences conjugales sont illégales", "Dois-je rester silencieuse ?" disent leurs pancartes. Selon une étude publiée en mars 2013 par la fédération des femmes de Chine, la situation des Chinoises s'améliore, mais une épouse sur quatre dit avoir déjà subi des violences conjugales. DARLEY SHEN / REUTERS
413
Momtaz, 16 ans, défigurée par une attaque à l'acide, manifeste avec une centaine d'autres Afghanes après le meurtre d'une femme de 22 ans accusée d'adultère. Rassemblées à Kaboul en compagnie de quelques hommes, le 11 juillet 2012, elles ont réclamé la "justice pour les femmes afghanes", rapporte Reuters (en anglais). OMAR SOBHANI / REUTERS
513
Une Egyptienne participe à un cours d'autodéfense, au Caire, le 7 février 2013. L'association Tahrir Bodyguard a organisé cet atelier après avoir constaté une augmentation du nombre d'agressions sexuelles à l'encontre des manifestantes de la place Tahrir. MAYA ALLUZERO / SIPA / AP
613
Des hommes portent des jupes pour protester contre les viols et abus sexuels perpétrés en Inde, à Bangalore, le 12 janvier 2013. Selon le ministère de l'Intérieur indien, 24 206 viols ont été recensés en 2011, sachant que toutes les victimes ne portent pas plainte. Seulement 26,4% des procès ont abouti à une condamnation. La mort d'une Indienne de 22 ans, violée et battue dans un bus le 28 décembre 2012 et rebaptisée "India's daughter" (la fille de l'Inde), a suscité une vague de manifestations, auxquelles ont participé de nombreux hommes. MANJUNAHTH KIRAN / AFP
713
Déguisées en suffragettes, des féministes britanniques manifestent pour l'égalité, devant Westminster, à Londres, le 24 octobre 2012. Ce jour-là, la Cour suprême du Royaume-Uni a donné raison à 170 employées de la municipalité de Birmingham qui réclamaient une compensation salariale, rapporte "The Guardian" (lien en anglais). Conséquence de cette décision : ce type d'affaires pourra être jugé par les tribunaux civils et plus seulement aux prud'hommes, allongeant le délai pour porter plainte de six mois à six ans après avoir quitté son poste. ANDREW WINNING / REUTERS
813
"Je soutiens le soulèvement des femmes du monde arabe parce que pendant vingt ans, je n'ai pas été autorisée à sentir le vent dans mes cheveux." Ce message, posté en novembre 2012 sur Facebook par une jeune Egyptienne non voilée, a fait scandale. Jugée outrageante, elle a conduit à la fermeture provisoire de la page militante dédiée au "soulèvement des femmes dans le monde arabe". Créée fin 2011, cette page invite les femmes arabes à dénoncer l'oppression qu'elles subissent. FRANCETV INFO
913
En 2012, le monde entier a adopté la cagoule fluo en soutien aux Pussy Riot. Trois membres du groupe punk ont été condamnées à deux ans de camp, le 17 août, pour avoir chanté, six mois plus tôt, une "prière punk" dans la cathédrale du Christ-Sauveur, à Moscou : "Sainte Marie mère de Dieu, chasse Poutine (...) deviens féministe !" Elles se revendiquent en effet du féminisme, dans la tradition des Riot grrrls américaines. Pour elles, "le point faible de Poutine ? [C'est] son machisme !"  Le jour de leur condamnation, anonymes et célébrités, hommes et femmes ont manifesté partout dans le monde pour demander leur libération, comme ici, à New York. LUCAS JACKSON / REUTERS
1013
La militante pakistanaise Malala Yousufzai, 15 ans, a quitté le 3 janvier 2013 l'hôpital Queen-Elizabeth de Birmingham (Royaume-Uni), où elle était soignée depuis mi-octobre. Connue pour son combat pour le droit des femmes à l'éducation, l'adolescente a survécu miraculeusement à une tentative d'assassinat perpétrée début octobre par les talibans. Elle a reçu une balle dans la tête à la sortie de son école, à Mingora, dans le nord du Pakistan. SIPA / AP
1113
Des militants déguisés en vulves participent au rassemblement "We are Women", le 18 août 2012 devant le Capitole, à Washington. Ils dénoncent les politiciens conservateurs et certaines lois qu'ils estiment sexistes. Beaucoup d'observateurs ont expliqué en partie la victoire de Barack Obama à la présidentielle de 2012 par le vote massif des femmes et des minorités en sa faveur. Le camp de son adversaire, Mitt Romney, avait commis plusieurs dérapages pendant la campagne sur les thèmes de l'avortement et du viol. JONATHAN ERNST / REUTERS
1213
Ciudad Juarez, dans le nord du Mexique, connaît depuis 1993 une vague de "féminicides". Dans cette ville en proie aux règlements de comptes entre cartels de la drogue, plusieurs centaines de femmes ont été assassinées et autant sont portées disparues. Pour protester contre la lenteur des enquêtes, leurs proches ont disposé des chaussures de femmes devant le bureau du procureur général de la ville, le 10 décembre 2012. REUTERS
1313
La mort d'Amina El Filali, 16 ans, a bouleversé le Maroc. Cette jeune fille a été contrainte d'épouser l'homme qui l'avait violée, et s'est suicidée en avalant de la mort aux rats le 10 mars 2012 à Larache, dans le nord du pays. Le Code pénal marocain permet en effet de ne pas poursuivre un violeur qui se marie avec sa victime. Des manifestations ont été organisées pour faire évoluer la situation des femmes dans le pays, comme ici, à Rabat, le 17 mars 2012.  ABDELJALIL BOUNHAR / AP / SIPA
Vous êtes à nouveau en ligne