Les députés disent non à la réduction de la "taxe tampon"

Les députés se sont opposés à la réduction de la TVA sur les tampons, serviettes hygiéniques et coupes menstruelles.
Les députés se sont opposés à la réduction de la TVA sur les tampons, serviettes hygiéniques et coupes menstruelles. (MANCEAU / BSIP / AFP)

L'Assemblée nationale a rejeté la demande de députés socialistes d'appliquer un taux de TVA réduit aux produits de protection hygiénique féminine.

La "taxe tampon" ne baissera pas. L'Assemblée nationale a rejeté, dans la nuit du mercredi 14 au jeudi 15 octobre, la demande de députés socialistes d'appliquer un taux de TVA à 5,5% – et non plus de 20% – aux produits de protection hygiénique féminine. Cet amendement avait pourtant été accepté, mardi, en commission.

Le projet était porté par la présidente de la délégation aux droits des femmes de l'Assemblée. Catherine Coutelle relayait la demande du collectif Georgette Sand de considérer les tampons, serviettes et coupes menstruelles comme des produits "de première nécessité". Dans l'espoir de faire pression sur le législateur, le collectif a lancé une pétition qui a déjà recueilli plus de 17 000 signatures.

"Le gouvernement ne souhaite pas bouger"

Le coût de la mesure était évalué à 55 millions d'euros. Mais le secrétaire d'Etat au Budget, Christian Eckert, a tranché ce débat "passionné" mais "pas simple". Il a affirmé que "le gouvernement ne souhait[ait] pas bouger sur les taux de TVA" dans le cadre du projet de budget pour 2016. Et il a rappelé que ce taux de TVA était appliqué aux mousses à raser pour hommes. 

Vous êtes à nouveau en ligne