Le Planning familial dénonce des baisses de subventions en Auvergne-Rhône-Alpes

Manifestation pour le droit à l\'avortement à Paris, le 28 septembre 2019.
Manifestation pour le droit à l'avortement à Paris, le 28 septembre 2019. (VINCENT ISORE / MAXPPP)

Tous les départements de la région seraient touchés, d'après l'association.

Plusieurs antennes départementales du Planning familial en Auvergne-Rhône-Alpes dénoncent des baisses de subventions, rapporte France Inter mercredi 31 juillet. Dans le Rhône, l'association assure que la subvention de l'État pour 2019, versée par la direction régionale aux droits des femmes et à l'égalité (DRDFE), sera en baisse de 30%. Cela représente 43 438 euros de moins, soit l'équivalent d'un emploi à temps plein, selon l'association.

Des baisses de 10% en moyenne

Cette subvention finance notamment des actions de prévention et d'éducation à la sexualité dans les établissements scolaires et les centres d'hébergement pour personnes en situation de handicap. Dans plusieurs départements, elle permet aussi de financer l'accueil de femmes victimes de violences ou souhaitant avoir recours à l'interruption volontaire de grossesse (IVG).

En moyenne, les subventions sont en baisse de 10% dans la région Auvergne-Rhône-Alpes, selon le Planning familial. Aucun département n'est épargné, affirme Françoise Laurent, présidente régionale du Planning familial. "Notre région est fortement frappée : on nous a prévenus qu'on risquait d'avoir une baisse de 50 à 60% sur dix ans", assure-t-elle. Elle explique que ces baisses doivent permettre de développer des actions dans d'autres régions.

Un budget régional de 2,7 millions d'euros

Le gouvernement organise en effet le 3 septembre un Grenelle pour lutter contre les violences conjugales. Fanny Lelong, chargée de développement associatif au Planning familial du Rhône, estime que ces baisses de subventions pourraient conduire à l'arrêt de partenariats avec des établissements scolaires. Elle assure aussi que l'association n'arrive déjà pas "à couvrir les besoins existants".

C'est totalement inacceptable et contradictoire avec les priorités affichéesFanny Lelongà France Inter

La DRDFE, qui dépend de la préfecture de région, n'a pas répondu aux questions de France Inter. Le cabinet de Marlène Schiappa, secrétaire d'Etat à l'Egalité entre les femmes et les hommes, répond que les crédits alloués à la lutte contre les violences envers les femmes sont en hausse de 25% dans la région Auvergne-Rhône-Alpes, pour un budget régional de 2,7 millions d'euros. Selon le Planning familial, l'enveloppe consacrée aux actions éducatives ne représente qu'une petite partie de ce budget.

Vous êtes à nouveau en ligne