L'Arabie saoudite accusée d'avoir demandé à une militante emprisonnée de démentir par vidéo des actes de torture

La militante saoudienne Lina Al-Hathloul lors du 10e anniversaire du sommet Women in the World, le 10 avril 2019 à New York (Etats-Unis).
La militante saoudienne Lina Al-Hathloul lors du 10e anniversaire du sommet Women in the World, le 10 avril 2019 à New York (Etats-Unis). (MIKE COPPOLA / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP)

Walid, le frère de Loujain Al-Hathloul, affirme que les services de la Sûreté ont demandé à la militante de tourner une vidéo pour assurer qu'elle n'avait pas été torturée en prison. 

Les autorités saoudiennes ont proposé à la militante des droits des femmes Loujain Al-Hathloul de la libérer en échange d'une déclaration filmée où elle assurerait ne pas avoir été torturée et harcelée sexuellement en prison, annonce sa famille, mardi 13 août.

Les services de "la Sûreté de l'Etat ont visité ma soeur en prison récemment. Ils lui ont demandé (...) d'apparaître sur une vidéo pour nier les tortures et le harcèlement" dont elle affirme avoir été victime, assure son frère Walid al-Hathloul sur Twitter. "Cela faisait partie d'un accord pour la libérer". Les autorités saoudiennes n'ont pas réagi dans l'immédiat. Contacté, le ministère de l'Information s'est abstenu de tout commentaire.

Arrêtée il y a près d'un an lors d'une vaste campagne de répression, Loujain Al-Hathloul, 30 ans, est poursuivie, ainsi qu'une dizaine d'autres militantes, pour contacts avec des médias étrangers, des diplomates et des organisations de défense des droits humains. Certaines, dont Loujain Al-Hathloul, affirment avoir été torturées et harcelées sexuellement pendant leur détention. Une accusation que les autorités ont catégoriquement démentie.

Un démenti vidéo "n'est pas réaliste"

Selon son frère, Loujain Al-Hathloul avait au départ accepté de signer un document niant avoir été torturée, comme condition préalable à sa libération. Il assure que la famille ne comptait pas dévoiler cet arrangement. Mais des responsables de la Sûreté de l'Etat lui ont rendu visite une nouvelle fois en prison pour demander cette fois un témoignage vidéo, explique-t-il. "Lui demander d'apparaître sur une vidéo et de nier la torture, cela n'est pas réaliste", a jugé Walid sur Twitter.

Sa soeur Lina Al-Hathloul a confirmé que Loujain faisant l'objet de pressions pour nier les allégations de torture. "Quoi qu'il arrive, je certifie (une fois) de plus : Loujain a été brutalement torturée et elle a été harcelée sexuellement", a-t-elle déclaré sur Twitter.

Les autorités de Ryad ont fait l'objet de pressions occidentales pour qu'elles libèrent ces militantes, dont la plupart ont été arrêtées au printemps 2018 dans le cadre d'une campagne de répression ayant précédé la levée historique d'une interdiction de conduire pour les femmes.

Vous êtes à nouveau en ligne