Journée internationale des droits des femmes : plusieurs milliers de personnes ont manifesté en France

Des manifestantes réunies place de la République, à Paris, pour la Journée internationale des droits des femmes, le 8 mars 2019.
Des manifestantes réunies place de la République, à Paris, pour la Journée internationale des droits des femmes, le 8 mars 2019. (GREG LOOPING / AFP)

Selon les organisateurs, ce sont 15 000 personnes qui se sont rassemblées vendredi, dont 6 000 à Paris.

La 42e Journée internationale pour les droits des femmes a rassemblé plusieurs milliers de personnes – 15 000 selon les organisateurs – dans plusieurs villes de France, vendredi 8 mars.

A Paris, 6 000 personnes se sont retrouvées place de la République, toujours selon les organisateurs, qui ont recensé 2 500 personnes à Marseille, 700 à Nantes, 600 à Lille, 1 500 à Grenoble et autant à Toulouse.

Les participants étaient invités à manifester et/ou débrayer à partir de 15h40, heure théorique à partir de laquelle les femmes travaillent "gratuitement" en raison des inégalités salariales, selon les associations féministes, qui estiment qu'elles sont payées en moyenne 26% de moins que les hommes.

Algériennes, "gilets jaunes" et jeunes pour le climat

A Paris, les manifestants étaient rassemblés derrière des banderoles dénonçant ces inégalités –  "A salaire égal, travail égal" – mais aussi les violences sexistes et sexuelles –  "Ni à prendre, ni à violer, quand c'est non, c'est non".

Dans la capitale, les manifestantes et manifestants féministes ont été rejoints par des jeunes qui marchaient pour le climat, derrière une banderole "Détruisons le patriarcat, pas le climat", ainsi que par une cinquantaine d'Algériennes qui protestaient contre la nouvelle candidature du président Abdelaziz Bouteflika, mais aussi le Code de la famille de leur pays.

Plusieurs manifestantes portaient également des gilets jaunes, à la veille du 17e week-end de mobilisation du mouvement. Celui-ci sera en partie consacré aux droits des femmes, qui marcheront en tête du cortège samedi à Paris. S'y joindront des manifestantes en "gilets roses", des assistantes maternelles inquiètes d'une éventuelle réforme de leur système d'assurance chômage.

Vous êtes à nouveau en ligne