Journée internationale des droits des femmes : les salariées travaillent "gratuitement" depuis 15h40

Des manifestantes à Paris, le 8 mars 2018. 
Des manifestantes à Paris, le 8 mars 2018.  (CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP)

C'est l'heure théorique à partir de laquelle les femmes travaillent "gratuitement", considérant qu'elles sont payées en moyenne 26% de moins que les hommes.

Des milliers de personnes – femmes et hommes – sont invitées à manifester partout en France à partir de 15h40, vendredi 8 mars. C'est l'heure théorique à partir de laquelle les femmes travaillent "gratuitement", considérant qu'elles sont payées en moyenne 26% de moins que les hommes. Des rassemblements auront lieu à Paris, mais aussi Toulouse, Lyon et Marseille.

Plus d'un an après le choc #MeToo, et quelques semaines après les révélations sur "La Ligue du LOL", la question du sexisme, du harcèlement et des violences faites aux femmes est plus que jamais au cœur de la 42e Journée internationale des droits des femmes. Suivez cette journée en direct sur franceinfo.fr.

Une récompense de 100 000 euros. Le lauréat, qui peut aussi bien être une femme qu'un homme, n'a pas encore été annoncé. Le prix s'inscrit dans le cadre de la "diplomatie féministe" de la France, "contre les violences sexistes et sexuelles, l'excision, les mariages forcés, pour l'accès à l'éducation des filles et des garçons, pour l'émancipation économique des femmes", a annoncé Marlène Schiappa.

Les perceptions des inégalités de salaire très différentes. 56% des hommes, mais seulement 32% des femmes, pensent que ce problème s'est amélioré ces dernières années, selon un sondage Elabe.

Le prix Simone Veil remis à une militante camerounaise. La militante camerounaise contre les mariages forcés, Aissa Doumara Ngatansou, a reçu le premier prix Simone Veil de la République française, vendredi 8 mars. Cette récompense, remis par Emmanuel Macron, est décerné pour "des actions partout dans le monde en faveur des droits des femmes", a annoncé Marlène Schiappa.

12h01 : Il est midi, voici un point sur l'actualité :

Mis en cause dans l'affaire Benalla, Ismaël Emelien, ancien conseiller d'Emmanuel Macron, a été entendu par l'IGPN en janvier dernier.


Aissa Doumara Ngatansou, militante camerounaise contre les mariages forcés, a reçu ce matin le premier prix Simone Veil. "Votre combat et votre personnalité, aujourd'hui reconnue, est pour nous tous un exemple", a salué Emmanuel Macron.


La prison de Condé-sur-Sarthe, où deux surveillants ont été grièvement poignardés mardi par un détenu radicalisé, est bloquée pour la troisième journée consécutive par des surveillants. La situation s'est tendue ce matin avec les forces de l'ordre, comme vous le signale France 3.


En Isère, sept personnes soupçonnées de viols et d'attouchements sexuels sur une fratrie de trois enfants de leur entourage ont été mises en examen, a annoncé le parquet de Grenoble hier. Franceinfo résume les faits.

12h02 : "Cette nuit, Nous Toutes a renommé plus de 1 400 rues avec des noms de femmes célèbres ou victimes de féminicides. Des femmes ignorées, censurées, oubliées. Nous ne les oublions pas", a annoncé le collectif sur Twitter ce matin, à l'occasion de la Journée internationale de lutte pour les droits des femmes.

11h28 : "Votre combat et votre personnalité, aujourd'hui reconnue, est pour nous tous un exemple de courage, de remettre en cause le poids des héritages, d'affronter les préjugés et la réprobation de la société, de dénoncer l'injustice, de briser le silence."

11h27 : "Vous vous inscrivez dans cette filiation de combat. Votre combat, (...) c'est un engagement de plus de 20 ans au service des femmes dans une région où l'aide que vous leur apportez est bien souvent une question de survie."

11h24 : "Il fallait pour cette première édition du prix Simone Veil de la République française une personnalité emblématique qui ouvre avec éclat la lignée des femmes qui, chère Aissa Doumara, vous succéderont pour ce prix."

Emmanuel Macron s'adresse à la lauréate du prix.

11h17 : Félicitations à elle et a son combat pour ce prix amplement mérité ! 👏

11h17 : 20 ans de combat, bravo! Prix mérité

11h15 : Elle le mérite . Respect pour son combat!

11h15 : Dans les commentaires de ce live comme sur les réseaux sociaux, vous félicitez Aissa Doumara Ngatansou pour ce prix.

11h12 : Aissa Doumara Ngatansou se bat depuis plus de 20 ans contre les mariages forcés et les violences sexuelles depuis son pays, le Cameroun. Elle est notamment coordinatrice de l’Association de lutte contre les violences faites aux femmes, indique l'ONU sur son site.

11h12 : Aissa Doumara Ngatansou reçoit le premier prix Simone Veil de la République pour récompenser son action "en faveur des droits des femmes".

10h30 : "Je crois qu’il y a une hostilité des hommes qui vient justement de l’émancipation des femmes, qui les rend beaucoup plus agressifs et beaucoup plus dangereux qu’ils n’ont jamais été."

A l'occasion de la Journée internationale des droits des femmes, Le Monde republie un entretien donné en janvier 1978 par la féministe, auteure du Deuxième Sexe.

10h10 : Bonjour Camille, et bonne journée à toutes les femmes ! 💝

10h10 : Bonne fête à toutes les femmes de la rédaction et à toutes les autres

10h10 : Dans les commentaires de ce live, vous souhaitez à notre rédaction et à nos lecteurs une bonne journée à toutes les femmes à l'occasion de la Journée internationale des droits des femmes. Merci à vous.

love you heart GIF by Alice Socal

Vous êtes à nouveau en ligne