VIDEO. "Pour pouvoir agir sur le racisme, il faut le nommer" : la suppression du terme "race" dans la Constitution ne fait pas l'unanimité

Voir la vidéo
FRANCEINFO

En France, l'article 1er de la Constitution assure l'égalité de tous les citoyens devant la loi "sans distinction d'origine, de race ou de religion". Mais le terme "race" fait polémique et les députés veulent le supprimer.

Yaël Braun-Pivet, députée LREM des Yvelines et présidente de la commission des Lois, est de ceux-là : "Il faut moderniser notre Constitution. Tout le monde est d'accord pour dire que le mot "race" n'a aucune consistance et qu'il ne recouvre aucune réalité. Il est temps de mettre notre Constitution en conformité avec cette réalité".

"Race" serait remplacé par "sexe"

"La race n'existe pas, mais le racisme existe bien et il tue", rétorque Émilia Roig. Cette militante antiraciste est défavorable à la suppression de ce mot, tout comme Houria Bentouhami, maîtresse de conférence en philosophie à l'université Jean-Jaurès de Toulouse : "Évidemment que la race est une fiction, mais la race a des effets réels. Et pour pouvoir agir sur le racisme, il faut absolument cet outil critique qui permet de nommer". Pour ces chercheuses, la suppression du terme "race" protégerait moins bien les victimes de racisme. Les députés veulent remplacer "sans distinction de race" par "sans distinction de sexe" dans la Constitution.