Arabie Saoudite : coup de frein sur les droits des femmes

FRANCEINFO

Plusieurs défenseurs des droits de la femme ont été arrêtés mardi 15 mai en Arabie Saoudite, quelques semaines avant que le royaume n'autorise les femmes à conduire.

La Saoudienne Loujain Al-Hatloul est en prison avec une dizaine d'autres militantes pour avoir fait partie de ces femmes qui se sont battues pour avoir le droit de conduire, qui doit être levée le 24 juin.

Des médias progouvernementaux saoudiens les ont qualifiés de "traîtres". L'ONG Gulf Centre for Human Rights s'est inquiété du fait que Loujain al-Hathloul soit détenue au secret et que les prisonniers n'aient pas accès à des avocats.

Faire peur aux autres militantes

Ces arrestations ont jeté une ombre sur les réformes engagées par le jeune prince héritier Mohammed ben Salmane. "Le gouvernement a fini par céder sur le droit de conduire pour les femmes. À cause de ce premier succès, le gouvernement veut stopper toutes les campagnes pour les droits des femmes et d'autres droits de l'homme. Il ne veut pas que ce succès encourage d'autres luttes. En frappant fort, il veut couper court à toute autre action", explique Yahya Assiri, défenseur des droits de l'homme en Arabie saoudite.

Loujain Al-Hathloul, alors âgée de 25 ans à peine, avait été arrêtée fin 2014 et détenue pendant 73 jours après avoir tenté de traverser en voiture la frontière entre les Émirats arabes unis et l'Arabie Saoudite.

Vous êtes à nouveau en ligne