Seine-Saint-Denis : deux hommes interpellés après avoir livré par erreur du cannabis... à des policiers

De la résine de cannabis (illustration).
De la résine de cannabis (illustration). (MAXPPP)

Deux hommes ont été interpellés à Bondy (Seine-Saint-Denis) mercredi soir et placés en garde à vue, après avoir livré par erreur leur marchandise à des policiers. Il s'agissait de deux sacs contenant 70 kilos de résine de cannabis.

Oh la boulette ! Deux hommes âgés de 27 et 32 ans ont été interpellés à Bondy en Seine-Saint-Denis, mercredi 23 mai, et placés en garde à vue, a appris franceinfo de source judiciaire, jeudi, confirmant une information d'Europe 1. L'un des deux hommes, un dealer, s'est tout simplement trompé de client : il a souhaité livrer par erreur sa marchandise à un policier de la brigade anti-criminalité qui effectuait une mission de surveillance. 

Il lui propose de "récupérer de la marchandise"

Vers 20h30 mercredi, les policiers en civil sont "en planque", discrètement en train de surveiller une voiture volée, dans la rue Sainte-Barbe à Bondy.

C'est à ce moment-là que l'un des agents en civil est abordé dans la rue par un homme, qui lui propose, par méprise, de "récupérer de la marchandise". Surpris, le policier accepte, naturellement, et le suit jusqu'à son véhicule. Dans le coffre, deux sacs en toile, contenant 66,8 kilogrammes de résine de cannabis.

Le véritable client... débarque

Le petit manège ne dure pas très longtemps : le policier fait alors tomber le masque, mais l'homme ne se laisse pas interpeller si facilement. À ce moment précis débarque un deuxième individu, qui n'est autre que le véritable destinataire de la drogue. Le vendeur, aux prises avec le policier, lui crie alors de prendre la fuite. Mais les agents de la Bac parviennent finalement à interpeller les deux hommes, en faisant usage de leur pistolet à impulsion électrique.

Les deux hommes ont été immédiatement interpellés et placés en garde à vue pour trafic de stupéfiants. L'un d'entre eux était défavorablement connu des services de police, mais pas le deuxième homme. L'enquête a été confiée à la police judiciaire de Seine-Saint-Denis.

Vous êtes à nouveau en ligne