La consommation de nouvelles drogues de synthèse en nette augmentation

La méthamphétamine, une drogue de synthèse. Image d\'illustration.
La méthamphétamine, une drogue de synthèse. Image d'illustration. (JEAN-FRANÇOIS FREY / MAXPPP)

La circulation de nouvelles drogues de synthèse sur le "darknet", comme les opiacés de synthèse, inquiète l'observatoire européen des drogues et des toxicomanies qui vient de publier, mardi, son rapport 2017.

L'observatoire européen des drogues et des toxicomanies publie, mardi 6 juin, son rapport 2017. L'agence constate une hausse dangereuse de création de nouvelles drogues vendues sur le "darknet" (réseaux clandestins sur internet et non référencés).

Pour la troisième année consécutive, l'observatoire note une hausse du nombre de morts par overdose : plus de 8 000 personnes en 2015. Ces décès sont principalement dus à l'héroïne et à d'autres opiacés. Les nouvelles substances de synthèse sont particulièrement dangereuses comme les opiacés de synthèse qui imitent les effets de l'héroïne mais de manière plus forte.

Jusqu'à 400 fois les effets de la morphine

"L'effet est plus fort, ce sont des substances beaucoup plus puissantes, indique Alexis Goosdeel, directeur de l'observatoire européen des drogues et des toxicomanies. Certaines ont jusqu'à 300 ou 400 fois la force ou l'effet de la morphine, par exemple. Avec 1/10e de gramme, vous pouvez produire 10 000 doses de certaines de ces substances."

Le travail des services de lutte anti-drogue devient de plus en plus difficile. "Il n'est pas nécessaire d'en transporter un camion entier pour avoir un nombre important de doses à commercialiser, explique Alexis Goosdeel. Donc, pour toutes les forces de l'ordre mais aussi pour les douanes, pour le contrôle des services postaux, c'est beaucoup plus difficile de détecter certaines de ces substances parce qu'elles circulent parfois en très petites quantités." 

En 2016, 66 nouvelles substances psychoactives ont été détectées en Europe.