Drogue : le Nord-Est de Paris rongé par le trafic de crack

Au Nord de Paris, la "colline du crack" a été démantelée il y a plusieurs mois. Depuis, que s’est-il passé ? Le problème s’est-il une nouvelle fois déplacé ? Les riverains et commerçants du XVIII et XIXe arrondissements de Paris multiplient les cris d’alarme.

Les habitants les surnomment les morts-vivants. Ce sont les somnambules du crack, qui hantent les rues, en quête de leur prochaine dose. Aux portes de Paris, au Nord-Est de la capitale, le trafic se fait toute la journée et empoisonne la vie des riverains. "Depuis que la Porte de la Chapelle (où était située la "colline du crack", ndlr) a été évacuée, ils nous ont mis une bombe dans le quartier", affirme l’une d’entre eux. Il suffit d’arpenter le quartier pour réaliser le quotidien des habitants.

Des habitants qui basculent dans l’illégalité

Ces derniers filment régulièrement en bas de chez eux les altercations et bagarres entre toxicomanes. Certains forcent les portes d’immeubles, d’autres s’en prennent aux voitures. "Un matin, ma mère est descendue et a retrouvé des toxicomanes en train de dormir dans son véhicule", explique une riveraine. Certains habitants, excédés, en viennent à basculer dans l’illégalité, en brûlant les épaves devenues le repère des toxicomanes, pour tenter de les faire fuir.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne