Caen : un revendeur de drogue dénonce son fournisseur pour mettre fin au trafic

Plants de cannabis, 27 avril 2018.
Plants de cannabis, 27 avril 2018. (VINCENT ISORE / MAXPPP)

Agé de 26 ans, l'étudiant était tombé dans l'engrenage depuis deux ans pour payer son loyer.

À Caen dans le Calvados, un revendeur de drogue a décidé de mettre fin au trafic en dénonçant son fournisseur, rapporte jeudi 10 octobre France Bleu Normandie. Dimanche 6 octobre, les policiers de Caen découvrent par hasard le trafic. Appelés pour dénouer un différend conjugal, ils se rendent dans un appartement de l'hyper centre-ville de Caen. Sur place, un jeune homme seul les accueille.

Sur une table, les policiers découvrent 83 grammes d'herbe de cannabis et plus de 3 300 euros en liquide. L'homme leur indique spontanément que son fournisseur l'attend, garé devant son ancienne adresse, à quelques rues de là. Sur place, les policiers découvrent un homme correspondant à la description. L'individu tente de fuir mais les policiers parviennent à l'interpeller. Dans sa voiture, ils saisissent un colis contenant près de 10 kilos de résine de cannabis et une batte de base-ball.

"Enfin le cauchemar va s'arrêter"

Le revendeur, un étudiant de 23 ans, vend pour payer son loyer. Il a rencontré son fournisseur en boîte de nuit. En deux ans, l'étudiant aurait écoulé 4 kilos de résine de cannabis et 500 grammes d'herbe, en tirant un bénéfice de 4 500 euros et redonnant 15 000 euros à son fournisseur. Au tribunal, son avocate a estimé que cette interpellation, "c'est un mal pour un bien parce qu'enfin le cauchemar va s'arrêter".

Le fournisseur de 36 ans est marié et père de trois enfants. Il vit au Havre. Il perçoit 400 euros par mois. Mais possède deux voitures, dont une payée 13 000 euros cash. "Cela laisse penser que son trafic lucratif durait depuis plusieurs mois et même bien plus", estime le procureur. "Un jeune homme ancré dans la délinquance, armé d'une batte de baseball et qui continuera". Il a requis 5 ans de prison.

L'étudiant a été condamné à un an de prison ferme, mais sans mandat de dépôt, il repart donc libre, mais avec les semonces de la présidente du tribunal. Le fournisseur écope pour sa part de trois ans de prison ferme et a été incarcéré.

Vous êtes à nouveau en ligne