VRAI OU FAKE Désintox. SOS Papa : une extrapolation de données hasardeuse

Intervenant sur Sud Radio, le 7 juin dernier, la présidente de Forces laïques, Laurence Taillade, déplorait : « tous les ans, on a 1 300 pères qui se suicident dans l’indifférence collective ».

En cherchant sur Internet, on constate que cette statistique est souvent employée par des associations de pères séparés, dont certains ne voient plus leurs enfants. Mais que vaut ce nombre souvent cité, mais rarement sourcé ? En remontant le fil des communiqués publiés par les associations, Désintox a retrouvé un texte de l'association SOS Papa, qui assure que le chiffre a une source « très sérieuse » : le plan violence-santé du ministère de la Santé de 2005.

Dans ce document figure un article d'un psychologue, racontant avoir sondé des magistrats sur le phénomène de suicides chez les parents séparés. Sur 200 demandes, seulement 7 ont répondu. Les réponses sont variées, certains indiquant n'avoir jamais constaté de suicides. Dans le lot, une magistrate du Sud-ouest évoque 60 suicides pour 8 000 procédures de séparation, précisant qu'il s'agit majoritairement d'hommes, mais sans donner de répartition plus précise.

C'est en appliquant ce ratio au nombre total des séparations, 175 000 chaque année, que l’association arrive à 1 312 suicides. Une extrapolation très aventureuse, à partir d'une seule source. Pour ne rien arranger, l'association, partant du principe que les hommes n'ont que rarement la garde, décide d'autorité que ces suicides sont... tous le fait des pères.

Une donnée statistique pas très scientifique qui continue malgré tout de circuler depuis des années.

Retrouvez Désintox du lundi au jeudi, dans l'émission 28 Minutes sur Arte, présentée par Elisabeth Quin.
Sur Facebook : https://www.facebook.com/28minutes/
Sur YouTube : https://www.youtube.com/user/28minutesARTE
Sur Instagram : https://www.instagram.com/artedesintox/
Sur le site d'Arte : http://28minutes.arte.tv/

Vous êtes à nouveau en ligne