Dépendance : le gouvernement prépare sa future loi

(Maxppp)

Trois rapports sur l'adaptation de la société au vieillissement ont été remis lundi à Jean-Marc Ayrault. Des pistes censées préparer les futurs arbitrages du projet de loi sur la dépendance prévu pour la fin de l'année.

Comment compenser la perte d'autonomie de nos aînés ? Comment prévenir
le vieillissement ? Comment nos voisins gèrent-ils ces enjeux ? Telles sont les
questions auxquelles ont tenté de répondre les rapports commandés par le
gouvernement. Le défi est de taille. En effet, le nombre de personnes
dépendantes devrait passer de 1,16 million en 2010 à 2,24 millions en 2040. Une
augmentation qui devrait alourdir le montant
des dépenses publiques dès 2014 et 2015 de 2,5 milliards d'euros.

Luc Broussy, conseiller
général (PS) du Val d'Oise, est l'auteur de l'un de ces rapports. Il souligne qu'il
n'est plus possible de remettre le sujet à plus tard
. L'objectif est d'anticiper
sur les logiques de soins lorsque la maladie ou l'invalidité sont là, pour
trouver une
approche globale du bien vieillir. Luc Broussy suggère aussi la création d'un
"guichet unique" d'information et de coordination, commun à l'âge et
au handicap, sous la forme de Maisons de l'autonomie, dont certaines sont déjà
expérimentées.

350.000 emplois d'ici
2020

Pour le député, le
chantier urgent est également celui du logement. Selon lui, il faut l'adapter
pour que les personnes âgées puissent vivre chez elles le plus longtemps
possible. Les financements ? La vente des quotas carbone ou un crédit d'impôt
de 25% pour adapter les logements existants et de permettre aux descendants d'en bénéficier
s'ils ont financé les travaux. La banque postale devrait également développer un
système d'avance de frais pour les propriétaires occupant un logement modeste.

Il prône aussi un
" plan stratégique " de l'Etat pour organiser une " filière industrielle
et de services autour des gérontechnologies
" (téléassistance, domotique...) qui
permettront à davantage de personnes âgées de rester à domicile. 350.000 emplois
devraient être créés. En revanche aucune proposition sur le financement qui pourrait
être apporté par l'Etat. Des pistes ont déjà été évoquées par le passé :
élargissement des assurances contre le risque dépendance, relèvement du taux de
CSG... Le gouvernement dispose de quelques mois pour trancher.

Vous êtes à nouveau en ligne