VIDEO. Ambiance de rupture au 1er-Mai du Front national

Pour "Mots croisés", Alice Gauvin et Vivien Roussel ont suivi le défilé du 1er-Mai du Front national. Reportage diffusé le lundi 4 mai. 

Ce 1er-Mai aurait dû être celui du succès pour Marine Le Pen, mais l'apparition non programmée de son père, tout de rouge vêtu, devant elle à la tribune, n'en finit pas de marquer la scission de la famille et du parti. Juste avant le discours de sa fille, celui qui vient d'être suspendu du parti qu'il a créé s'est invité sur la scène. "Nous avons eu une divergence, mais il n'y a pas de fracture au Front national", venait pourtant de déclarer Marine Le Pen.

Le Front national n'a jamais compté autant d'élus et les 62 conseillers départementaux alignés en tête de cortège sont là pour le montrer. Pourtant, après quatre ans de présidence Bleu Marine et autant de 1er-Mai où Marine Le Pen a toujours gardé une place de choix à son père – au premier rang sur les photos ou lors des hommages à Jeanne d'Arc –, c'est la première fois qu'elle dépose seule sa gerbe de fleurs.

Entre père et fille, un silence qui en dit long

Parmi les membres du bureau exécutif qui doivent décider de son sort, seule l'amie de longue date de Jean-Marie Le Pen, Marie-Christine Arnautu, s'affiche ce jour-là à ses côtés. Et même si le Front national tente une "dédiabolisation" d'apparence, dans les propos des militants, on sent parfois poindre une violence extrême.  

À la tribune, Le Pen père n'aura aucun regard pour sa fille, et elle n'aura aucun mot pour celui qui l'a propulsé sur les hauteurs politiques où elle se tient aujourd'hui. 

Un reportage d'Alice Gauvin, Vivien Roussel, Pierre Mounier et Juliette Cohen-Olivieri

Vous êtes à nouveau en ligne