Entrée au Panthéon de quatre résistants : revivez la cérémonie

(MARTIN BUREAU / AFP)

François Hollande préside l'entrée au Panthéon de Germaine Tillion, de Geneviève de Gaulle-Anthonioz, de Pierre Brossolette et de Jean Zay, lors d’une cérémonie retransmise en direct sur France 2 et francetv info.

Quatre figures marquées par l’esprit de Résistance rejoignent, mercredi 27 mai, le temple des Grands hommes, en présence du président de la République, qui doit prononcer un discours d'une quarantaine de minutes. Un hommage que vous pouvez suivre en direct sur France 2 et francetv info. 

Dès 16h55, France 2 bouleverse ses programmes et diffuse une édition spéciale présentée par Julian Bugier et Stéphane Bern. 

 François Hollande honorera lors de son discours ces quatre grandes figures de la résistance, et en profitera probablement pour appeler à l'unité et exalter l'esprit de Résistance, quatre mois après les attentats de Paris.

Qui sont les quatre "panthéonisés" ? Geneviève de Gaulle-Anthonioz est la nièce du général et résistante dans le réseau du musée de l’homme. Dénoncée et arrêtée en 1943, elle est internée à Fresnes, puis déportée à Ravensbrück en janvier 1944. Elle y côtoiera Germaine Tillion, ethnographe et ethnologue. Résistante, elle participe à la création du réseau du musée de l’homme. Toutes les deux resteront amies à vie.

Pierre Brossolette, journaliste et homme politique socialiste, assure au sein des réseaux de la France libre le lien entre les résistants de l’intérieur et ceux de Londres. Arrêté et torturé par la Gestapo, il choisit la mort, pour ne pas livrer ses secrets de la France libre. Jean Zay, résistant, républicain et humaniste qui fut ministre de l'Education du Front populaire, est une victime emblématique de Vichy, assassiné par la milice, le 20 juin 1944.

21h52 : Le discours de François Hollande, présenté comme l'un des plus importants du quinquennat, a duré environ 40 minutes. Nous vous le résumons en quatre citations.




(FRANCE 2)

19h01 : Il est temps pour moi de clore cette page d'histoire. Je vous laisse dans ce live en compagnie de Louis San. Et si vous souhaitez creuser le sujet et connaître les derniers secrets du Panthéon ou des résistants qui viennent d'y entrer, je vous conseille cette compilation de sept articles à lire. Bonne soirée.

18h58 : Connaissez-vous bien les 75 personnalités honorées au Panthéon ? Vous avez des doutes sur qui y est, ou n'y est pas ? Ce petit quiz permettra de vérifier vos connaissances (on vous aide : non, ni Napoléon, ni de Gaulle ne s'y trouvent...)




18h55 : Vous avez manqué le discours de François Hollande ? Tout va bien : le voici en intégralité.

(FRANCE 2)

19h00 : La cérémonie au Panthéon est terminée. Si vous ne deviez retenir que cinq passages du discours de François Hollande, notez celles-ci :

"Face à l'indifférence, chaque génération a un devoir de vigilance et de résistance. Et chaque individu a le choix d'agir. Tout commence par un choix, même si l'on mesure rarement à l'avance là où il peut conduire."


"La jeunesse réclame aujourd'hui qu'on lui fasse confiance. A nous de lui faire la place qu'elle mérite."


"La République, c'est un mouvement, c'est une construction, c'est une passion. Une passion généreuse. Une passion rationnelle. Une passion rassembleuse. Avec toujours le refus radical de la fatalité."


• "L'histoire n'est pas une nostalgie, elle est notre avenir."


• "Si l'intégration connaît des ratés, ce n'est pas la faute de la République, c'est faute de République."

18h47 : Un cortège composé de 144 jeunes a accompagné la cérémonie de panthéonisation . Les jeunes sont des lycéens venant notamment de lycées portant les noms des quatre résistants, mais aussi des étudiants en histoire, en ethnologie, de la Sorbonne ou de l'EHESS (Ecole des Hautes études en sciences sociales). Ils ont été salués par François Hollande qui vient de quitter les lieux.

18h38 : Mais au fait, qui est considéré comme un "grand homme" ? Voici le portrait-robot du "panthéonisé". Sachez que les 75 personnes honorées au Panthéon sont majoritairement des hommes, à trois exceptions près (Marie Curie, Geneviève Anthonioz de Gaulle, Germaine Tillion). Le plus souvent, il s'agit d'un politique ou d'un militaire. Viennent ensuite les scientifiques et écrivains. Mais aucun musicien et un seul peintre.

18h35 : Ce fut un moment fort de la cérémonie. Voici le Chant des partisans accompagnant les cercueils des quatre héros de la Résistance.

(FRANCE 2)

18h32 : Pour vous répondre @anonyme, savez-vous qu'un millier de noms sont déjà inscrits sur les murs du Panthéon. Ce sont ceux des écrivains combattants de la guerre de 14-18 ou ceux de 39-45. Ces noms figurent sur une longue liste, dans la nef... Le président du Centre des monuments nationaux, Philippe Belaval, plaide, comme vous, pour que la hiérarchie soit effacée entre les différentes façons d'être représenté au Panthéon (par une plaque, une inscription, ou un cercueil). Voici notre article sur le sujet.

18h30 : La vraie mascarade, c'est plutôt les cercueils vides... Pourquoi vouloir à tout prix faire comme cela ? Le Panthéon ne devrait pas être une nécropole, mais un musée avec une liste de personnes... C'est mon avis du moins.

18h29 : Hollande se fout de nous !!! Après tant de réductions de crédits à l'éducation et son dernier assaut contre les langues anciennes !!!

18h29 : Quelle belle et émouvante cérémonie !

18h29 : Dans les commentaires, vous nous faites toujours part de vos impressions sur la cérémonie au Panthéon qui se poursuit. Et certains ont des suggestions pour les prochaines panthéonisations.

18h31 : Qui a écrit le discours de François Hollande ? Le Point dresse la liste des personnes qui ont apporté leur expertise ou qui ont donné quelques idées au chef de l'Etat. Parmi elles : les historiens Jean-Pierre Azéma, Vincent Duclert et Mona Ozouf. Mais aussi Manuel Valls, Fleur Pellerin et Najat Vallaud-Belkacem...

18h15 : Les cercueils sont déposés au centre de la nef.





(FRANCE 2)

18h15 : Sur Twitter, un journaliste de BFMTV se lance dans le jeu des différences avec le discours de Malraux lors de la panthéonisation de Jean Moulin.

18h25 : Le Chant des partisans est l'hymne de la résistance française écrit par les romanciers Joseph Kessel et son neveu Maurice Druon, qui avaient tous deux rejoint les Forces françaises libres du général de Gaulle à Londres.

18h12 : Les quatre cercueils sont maintenant transportés à l'intérieur du Panthéon, suivis par François Hollande. Le Chant des partisans retentit.

18h10 : Mais à quoi rime exactement ce cérémonial ? Et est-il encore efficace ? Francetv info avait interrogé à ce sujet l'historien Christophe Prochasson. Il estime que la panthéonisation "à la papa" n'a guère d'avenir. Lire notre entretien.

18h08 : Énorme ! Un tonnerre d'applaudissements ! Un Président pédagogue ! Fière d'être français !

18h07 : Quelle leçon d'Histoire en direct !!!!

18h07 : une mascarade !

18h07 : Dans les commentaires, vous êtes partagés sur le sens de cette cérémonie et sur le discours de François Hollande.

18h06 : François Hollande fait face aux cercueils alors que La Marseillaise retentit.


(FRANCE 2)

18h04 : "Pierre Brossolette, Geneviève de Gaulle-Anthonioz, Germaine Tillion, Jean Zay : prenez place. Vous êtes accompagnés par un long cortège de jeunes qui vibrent à l'idée de prendre la relève de la France combattante. (...) Prenez place, c'est la vôtre ! Vive la République, et vive la France !"

François Hollande termine son discours, et est longuement applaudi.

18h07 : "L'histoire n'est pas une nostalgie, elle est ce que nous en ferons. La France vient de loin. Elle porte au loin. Elle doit voir loin."

François Hollande insiste de nouveau sur la notion de rassemblement.

17h59 : Dans sa description de l'action réformatrice de Jean Zay, François Hollande vante en creux sa propre politique, jugent certains journalistes sur Twitter.

17h54 : "Le projet de Jean Zay est toujours le nôtre. C'est par l'École, que la République reste fidèle à sa promesse. C'est par l'excellence, qu'elle élève le plus grand nombre et qu'elle renforce le rayonnement du pays. C'est par la laïcité, qu'elle dresse un mur infranchissable devant ceux qui veulent diviser les Français. C'est par l'intégration, qu'elle fait aimer la France."

François Hollande continue ses parallèles entre Histoire et présent.

18h00 : C'est le moins connu des quatre résistants panthéonisés aujourd'hui. Pourtant, Jean Zay, comme le souligne François Hollande, fut un ministre de l'Education du Front populaire très actif, mais aussi très critiqué par la droite et l'extrême droite pour ses réformes et programmes innovants. L'occasion pour le chef de l'Etat de défendre, entre les lignes, l'actuelle réforme du collège porté par Najat Vallaud-Belkacem.

17h53 : "C'est au nom de l'humanité humiliée que Germaine Tillion s'élève pour la dignité des femmes. Aujourd'hui, elle serait dans le camp des réfugiés qui accueillent les exilés de Syrie et d'Irak. Elle appellerait à la solidarité pour les chrétiens d'Orient. Aujourd'hui, elle se serait mobilisée pour retrouver les filles enlevées par Boko Haram."


Le chef de l'Etat se sert une nouvelle fois du passé pour évoquer les problématiques actuelles. Une méthode "mitterrandienne", selon Thomas Wieder, du Monde.

17h49 : Cette ressemblance est assez normale. Au moins deux historiens, Vincent Duclert et Jean-Pierre Azéma, ont "apporté des éléments biographiques" au discours, selon Le Monde. Il est plutôt légitime que le président de la République puise aux meilleures sources, qui sont multiples. Le livre dont parle Thomas Snégaroff est une excellente présentation des quatre résistants panthéonisés. France 2 propose ici une liste, plus complète, de dix ouvrages.

17h46 : Sur Twitter, un journaliste de France Info s'étonne de la ressemblance entre le discours de François Hollande et un livre retraçant le parcours des quatre panthéonisés.

17h47 : "Assassiner Jean Zay, c'était profaner la République : il rassemblait sur lui les haines dont Vichy s'était emparées. (...) Haine du franc-maçon et du libre-penseur. Haine du Front Populaire. 70 ans plus tard, ces haines reviennent. Avec d'autres figures, d'autres circonstances, mais avec toujours les mêmes mots."

François Hollande ramène désormais son discours à l'actualité, et évoque les haines qui "frappent des journalistes, des juifs, des policiers. Toujours des innocents."

17h36 : François Hollande raconte maintenant les derniers instants de Jean Zay et Pierre Brossolette, qui entrent au Panthéon.

17h34 : "S'ils sont là, ce n'est pas parce qu'ils sont différents de tous leurs camarades de Résistance. C'est parce qu'ils symbolisent dans un même ensemble, la constance, l'engagement et le courage."
François Hollande continue son discours.

17h35 : Vous êtes un peu court sur Pierre Brossolette ? Sachez qu'il fut résistant, rival de Jean Moulin… et qu'il aurait pu rater l'agrégation d'histoire, tant il humilia un des membres du jury. Une anecdote que francetv info développe dans cet article qui lui est consacré.

17h33 : Ce matin, face au petit port de Plogoff hommage émouvant en mémoire de Pierre Brossolette avec le Préfet du Finistère !

17h34 : @anonyme nous signale dans les commentaires qu'un hommage à Pierre Brossolette a été rendu en Bretagne où il a été arrêté "alors qu'il tentait de rallier l'Angleterre depuis l'île de Sein" explique France 3 Bretagne.

17h32 : Plus tôt, France 2 a retracé l'histoire du Panthéon. Voici la scène.


(FRANCE 2)

17h29 : Sur Twitter, Thomas Wieder, journaliste au Monde, commence à analyser le discours de François Hollande.

17h28 : Le chef de l'Etat retrace désormais le parcours des panthéonisés. Il commence par Pierre Brossolette, avant d'évoquer la mémoire de Geneviève de Gaulle-Anthonioz, entrée "tranquillement" dans la Résistance.

17h27 : "Ces femmes et ces hommes, si singuliers, si exceptionnels ont été gouvernés par les mêmes forces, animés par les mêmes passions."

Répétant "ils sont quatre", François Hollande rend hommage aux panthéonisés qui "incarnent l'esprit de la Résistance".

Vous êtes à nouveau en ligne