Crise en Guadeloupe : le couvre-feu est prolongé jusqu'au 28 novembre, annonce la préfecture

Une manifestation contre l\'obligation vaccinale a lieu à Capesterre-Belle-Eau (Guadeloupe), le 7 août 2021.
Une manifestation contre l'obligation vaccinale a lieu à Capesterre-Belle-Eau (Guadeloupe), le 7 août 2021. (CEDRICK ISHAM CALVADOS / AFP)

La décision a pour bit de "garantir la sécurité des personnes et des biens", assure le préfét dans un communiqué. 

Alors que la situation est tendue en Martinique et en Guadeloupe, mobilisées notamment contre la vaccination obligatoire des soignants, le gouvernement a annoncé vendredi 26 novembre qu'il repoussait la date de mise en œuvre de la mesure au 31 décembre. Dans un communiqué, la préfecture de Guadeloupe annonce la prorogation du couvre-feu entre 19 heures et 5 heures sur l'île jusqu'au 29 novembre. Ce direct est terminé, merci de l'avoir suivi.

Des policiers blessés par des tirs. En Martinique, forces de l'ordre et journalistes ont été ciblés par des tirs dans la nuit de jeudi à vendredi, où les violences ont fait dix blessés parmi les policiers et suscité une vive réaction du gouvernement.  "Dans la nuit, un gradé de la gendarmerie qui intervenait avec ses collègues sur un cambriolage a été violemment heurté par le véhicule des pilleurs. Il est grièvement blessé", a ajouté le parquet de Fort-de-France.

Dix interpellations. Au moins dix personnes ont été interpellées en lien avec ces violences, notamment des tirs visant des journalistes et des policiers, a appris franceinfo auprès du ministère de l'Intérieur. Il s'agit d'un bilan provisoire qui pourrait être amené à évoluer.

 Le retour du couvre-feu. Le préfet de Martinique a instauré, jeudi 26 novembre, un couvre feu "de 19 heures à 5 heures jusqu'au retour au calme" pour faire face aux "violences urbaines nocturnes" depuis lundi, a-t-il annoncé dans un communiqué.