Emmanuel Macron annonce la création d'une "fondation pour la mémoire de l'esclavage"

FRANCE 3

Le 27 avril 1848, Victor Schoelcher signait le décret abolissant la traite négrière. 170 ans plus tard, au Panthéon, le chef de l'État présidait une cérémonie commémorative. Emmanuel Macron a annoncé une fondation et un mémorial pour honorer la mémoire des victimes de l'esclavage.

C'est un cours d'histoire impeccablement scénarisé. Le président seul au Panthéon pour honorer les abolitionnistes et des collégiens pour symboliser le devoir de mémoire, 170 ans jour pour jour après le décret d'abolition de l'esclavage initié par Victor Schoelcher. Une première fois aboli à la révolution grâce à l'abbé Grégoire, l’esclavage disparaît donc définitivement en 1848. 400 ans de souffrance dénoncés au XXe siècle par les mots du poète Aimé Césaire qui lui aussi repose au Panthéon.

Un mémorial édifié aux Tuileries

Cette année, une fondation pour la mémoire de l'esclavage devrait voir le jour à l'hôtel de la Marine à Paris. Annoncée par François Hollande il y a deux ans, elle sera présidée par Jean-Marc Ayrault. "Nous voulons inscrire notre engagement dans une volonté de partager une mémoire commune, mais aussi pour être plus fort pour affronter les grands défis d'aujourd'hui qui restent ceux de l'égalité entre les êtres humains et la lutte contre toutes les formes d'esclavage", affirme l'ancien Premier ministre. Un mémorial sera édifié au Tuileries. En revanche, il ne devrait pas y avoir d'autres musées de l'esclavage que celui de Point-à-Pitre, en Guadeloupe.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne