Campagne sur le consentement sexuel : il faut "que les rapports soient consentis, mais surtout désirés"

La sociologue Janine Mossuz-Lavau le 12 septembre 2018.
La sociologue Janine Mossuz-Lavau le 12 septembre 2018. (THOMAS SAMSON / AFP)

Janine Mossuz-Lavau a réagi sur franceinfo à la campagne lancée mardi 23 octobre par Santé publique France.

"Il faudrait que tous les rapports soient consentis, mais surtout désirés", a insisté mardi 23 octobre sur franceinfo Janine Mossuz-Lavau, sociologue, auteure de La Vie sexuelle en France publié aux éditions La Martinière en septembre 2018. D'après l'agence sanitaire de Santé publique France, qui a lancé ce même jour une campagne sur le consentement sexuel à destination des adolescents nommée "OK, pas OK", plus d'une femme sur dix a cédé aux avances de son partenaire lors de la première fois.

franceinfo : L'un de vos chapitres est justement consacré au premier rapport sexuel... Est-ce que ces chiffres vous surprennent ?

Janine Mossuz-Lavau : Non, ça ne me surprend pas, car dans mon enquête, j'ai eu la diversité des situations. On a une femme sur 10 qui a cédé à son partenaire, sans que ce soit un viol. Un certain nombre de premières fois interviennent après un flirt assez long, assez poussé, avec des caresses et beaucoup de choses... Ce n'est pas tout à fait la même chose qu'une agression subite, où il y a contrainte, violence, usage de la surprise ou menaces.

Ça reste un mauvais souvenir pour beaucoup, un moment éprouvant ?

Oui. Quelque chose qui est arrivé qu'on ne souhaitait pas, trop tôt, sans doute, car si j'ai bien compris, ce sont les plus jeunes, donc elles n'étaient pas prêtes. Mais il faut voir aussi que c'est arrivé aux garçons, à 7 % des interrogés, c'est donc quasiment la même situation. Ce n'est pas uniquement les filles d'un côté et les garçons de l'autre, les seuls prédateurs, soyons plus nuancés. Ce que j'ai vu dans mon enquête, ce sont des filles qui sont dans cette situation-là et puis, des garçons aussi, parce qu'ils se sont retrouvés avec des femmes plus âgées qui étaient assez partantes pour goûter à des petits jeunes. Ce sont des situations qui arrivent. Mais ce que j'ai vu aussi, et ça c'est plus nouveau, ce sont des filles qui programment leur défloration parce qu'à un moment, elles en ont assez d'être les dernières à savoir ce que tout le monde sait autour d'elles. Surtout, elles ne veulent pas avoir leur première relation avec le beau gosse dont elles sont amoureuses, parce qu'elles ont peur de paraître maladroites, pas à l'aise, et que ça ne lui donne pas envie de revenir. Elles programment donc leur défloration avec, comme me disait l'une d'elles, un vieux de 35 ans, avec qui elle était parfaitement à l'aise, puisqu'elle n'était pas amoureuse et ne voulait pas en faire ses lendemains.

Est-ce que le message de la campagne "OK, pas OK", est bon ?

Il fallait le faire car l'histoire du consentement est très importante, il faudrait que tous les rapports soient consentis, mais surtout désirés, c'est ça le plus important ! Et je pense que c'est important qu'il y ait une campagne, parce que c'est le seul moyen de sensibiliser et les garçons, et les filles. Faire comprendre aux filles qu'il faut donner son consentement, sinon, non, c'est non, et faire comprendre aux garçons que quand c'est non, c'est non. Ils doivent discuter [de cette campagne] entre eux. En famille, c'est toujours un peu difficile, encore aujourd'hui, d'avoir des discussions sur la sexualité. Je le vois dans les confidences que me font les très jeunes que j'ai interrogés. Il y a une chose qui les a traumatisés : quand ils ont entendu leurs parents faire l'amour. Souvent, ils ont aussi l'impression que si les parents se mettent à parler de sexualité, c'est de l'intrusion et ils ont l'impression que la seule chose que les parents veulent savoir, c'est s'ils ont "vu le loup", ou pas, et c'est insupportable pour eux.

Vous êtes à nouveau en ligne