Calais : le déménagement de la "jungle" commence

(Des migrants devant des cabines de toilette, le 8 novembre 2015 dans la "jungle" de Calais ©maxPPP)

Dans la "jungle" de Calais, une partie des 4.500 migrants a commencé à déménager ce matin. Ils libèrent une zone où seront installés des containers aménagés pour un accueil plus durable.

Une partie des 4.500 migrants qui vivent dans le bidonville calaisien sont invités à libérer un espace qui accueillera des containers pour les héberger. L'annonce de l'installation de ces containers avait été faite, fin août par le Premier Ministre. En attendant leur arrivée, les migrants doivent donc s'installer dans un hébergement provisoire.

Des containers aménagés, éclairés et chauffés

Les tentes, bleu et jaune, sont prêtes depuis plusieurs jours. L’installation des migrants a commencé jeudi matin. Par petits groupes, ils arrivent dans le nouveau campement. Tous commencent par se présenter : nom, âge, nationalité.

 

Ils sont 500 à devoir dégager le terrain pour installer quelque 125 containers, des préfabriqués avec isolation, chauffage, éclairage, pour un accueil à plus long terme. "Ce sont des modèles qui ont été utilisés pour construire des logements étudiants. Un container aménagé avec un lit, il y a des toilettes à l’extérieur"  explique la préfète du Pas-de-Calais, Fabienne Buccio.

Fabienne Buccio, préfète du Pas-de-Calais : "1500 places ouvertes d'ici fin décembre"
--'--
--'--

Un déménagement compliqué

Mais il est difficile de convaincre les candidats à l’exil de se déplacer. "Tout ce qu’ils voient pour le moment, c’est qu’ils quittent leur petit chez-eux, raconte Stéphane Duval, qui coordonne les opérations. Quand je leur dis, dans deux mois il y aura un camp et vous y serez prioritaires, ils me répondent : mais dans deux mois, je ne serai plus là, je serai en Angleterre ! Ils sont peut-être persuadés qu’ils arriveront à passer, peut-être dès ce soir."  Une fois la zone dégagée puis aménagée, d’ici fin décembre, les 125 containers pourront accueillir 1.500 personnes.

Le reportage de Sébastien Baer dans la "jungle" de Calais pour France Info
--'--
--'--