Bernard Cazeneuve annonce plus de 17 000 reconduites à la frontière en 2015, contre 15 000 en 2014

Le ministre de l\'Intérieur, Bernard Cazeneuve, le 12 octobre 2015 à Lyon (Rhône).
Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, le 12 octobre 2015 à Lyon (Rhône). (MAXPPP)

Dans un contexte de "pression migratoire inédite", il y a une "activité considérable" contre l'immigration illégale, a-t-il assuré en s'adressant aux forces de l'ordre à l'Ecole militaire à Paris.

Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, a annoncé mardi 13 octobre plus de 17 000 reconduites à la frontière pour l'ensemble de l'année 2015, contre 15 253 en 2014. Dans un contexte de "pression migratoire inédite", il y a une "activité considérable" contre l'immigration illégale, a-t-il assuré en s'adressant aux forces de l'ordre à l'Ecole militaire à Paris.

En 2011, un chiffre "au plus bas" de "12 054" avait été atteint, a souligné Bernard Cazeneuve, en épinglant le bilan sous la présidence de Nicolas Sarkozy. "Il est faux de dire que les reconduites à la frontière ont baissé de 40%", a-t-il encore lancé, en réponse à des accusations venues de la droite.

Plus d'éloignements contraints sous la gauche

Qui dit vrai ? "L'Œil du 20 heures" de France 2 avait repris le 10 septembre 2014 les chiffres du ministère de l'Intérieur depuis 2011. Pour les éloignements contraints, autrement dit, les expulsions sous escorte policière, la gauche affiche un chiffre bien supérieur à celui de la droite : 13 824 éloignements sous le ministre de l'Intérieur Claude Guéant en 2011, et 15 469 sous son successeur Manuel Valls en 2013.

Dans le cas des retours aidés, lorsque le clandestin touche une allocation pour rentrer dans son pays d'origine, c'est différent. En 2011, sous la droite, il y en a eu un peu plus de 13 000, en 2013, contre environ 6 000 sous la gauche.

Vous êtes à nouveau en ligne