Autonomie/Vieillesse : les Français en plein paradoxe

(Les Français plébiscitent le maintien à domicile mais affirment que la famille ne peut pas agir seule © Maxppp)

Un sondage réalisé par l’OCIRP, union d’organismes de prévoyance, en partenariat avec France Info et Le Monde montre que la majorité des Français ne se préparent pas à la perte d’autonomie due à la vieillesse, alors que la question les perturbe.

Que souhaitent les Français pour faire face à la perte d’autonomie due au vieillissement ? A quelques jours de l’examen du projet de loi sur cette question par le Sénat le 17 mars, un sondage a été réalisé pour l’OCIRP (qui regroupe les institutions de prévoyance et la Mutualité). Il est présenté à l’occasion de la journée de "l’adaptation de la société au vieillissement", en partenariat avec France Info et Le Monde .

Ce sondage met en évidence trois paradoxes. Le premier : les Français pensent dans leur immense majorité qu’il faut se prémunir contre la perte d’autonomie due au vieillissement mais ils affirment dans le même temps ne pas être couverts financièrement contre ce risque. En somme, ils ne prennent pas de dispositions particulières. Deuxième paradoxe, ils plébiscitent le maintien à domicile mais affirment que la famille ne peut pas agir seule. Et ils souhaitent majoritairement une meilleure prise en charge financière en établissement de retraite.

Troisième paradoxe : ils approuvent la mise en place d’une assurance contre la perte d’autonomie mais ils estiment que c’est à l’entreprise de jouer un rôle en la matière et qu’une couverture collective est préférable à une couverture individuelle.

Enfin, s’ils approuvent les mesures du projet de loi, plus de prévention, davantage d’adaptation du logement à l’avancée en âge, ils trouvent que le projet de loi n’assure pas la pérennité du financement de la perte d’autonomie que nos concitoyens appellent de leurs vœux avant 2017.

 

Vous êtes à nouveau en ligne