Marche contre l'antisémitisme : vers une unité politique ?

Des rassemblements sont prévus dans plus de 70 villes ce mardi 19 février pour dénoncer la montée de l'antisémitisme en France. Déjà, des actions symboliques ont eu lieu. La classe politique est en première ligne. À Paris, la moitié du gouvernement sera dans la rue. Emmanuel Macron s'est quant à lui exprimé mardi matin.

Emmanuel Macron ne se rendra pas au rassemblement prévu mardi 19 février place de la République, à Paris, mais symboliquement, il ira dans l'après-midi au Mémorial de la Shoah. Mardi matin, en marge d'une conférence de presse, il s'est montré intraitable vis-à-vis de l'antisémitisme. Plusieurs dizaines de rassemblements auront lieu partout en France, le plus symbolique d'entre eux  se tiendra place de la République, à Paris, à l'initiative du premier secrétaire du Parti socialiste, Olivier Faure.

Le Rassemblement national organise son propre hommage 

Le Premier ministre, Édouard Philippe, sera présent, tout comme une grande partie des membres du gouvernement. Nicolas Sarkozy et François Hollande se joindront également à ce rassemblement. Le patron des Républicains, Laurent Wauquiez, sera là, tout comme une délégation de La France insoumise, mais Jean-Luc Mélenchon refuse quant à lui, pour des raisons de sécurité, de révéler où il se rendra. Marine Le Pen, quant à elle, ne se rendra pas au rassemblement parisien. Le Rassemblement national organisera donc de son côté un hommage aux victimes de l'antisémitisme dans un lieu encore tenu secret. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne