Chez les Républicains, Nicolas Sarkozy reste un ancien président toujours incontournable et sollicité

Nicolas Sarkozy en mars 2019.
Nicolas Sarkozy en mars 2019. (ARNAUD JOURNOIS / MAXPPP)

L'ancien chef de l'État est toujours très écouté au sein du parti Les Républicains, même s'il a officiellement quitté la vie politique française.

Nicolas Sarkozy prononce, vendredi 21 juin, un discours au centre Pompidou à Paris. L'ancien chef de l'Etat va clore à la mi-journée un colloque pour les 50 ans de l'investiture de Georges Pompidou à la présidence de la République. Un moment solennel, signe que Nicolas Sarkozy reste une personnalité politique incontournable. Ces dernières semaines, l'ex-président de la République a été conforté dans les sondages. Il est le premier cité chez les sympathisants Les Républicains (LR) comme leader potentiel du parti, d'après une enquête Odoxa-Dentsu Consulting pour franceinfo et Le Figaro.

Quand on a passé la moitié de sa vie à conquérir, puis à exercer le pouvoir, on assume cette responsabilité jusqu'à la fin de sa vie.Proche de Nicolas Sarkozyà franceinfo

Tout le monde vient consulter Nicolas Sarkozy. Laurent Wauquiez, par exemple, a déjeuné avec lui dans ses bureaux rue de Miromesnil à Paris, juste après son départ de la présidence des Républicains. Daniel Fasquelle, trésorier du parti, a rendez-vous la semaine prochaine, avant le député des Bouches-du-Rhône Éric Diard, entre autres.

"Ce sont eux qui l'appellent plutôt que l'inverse", précise un très proche, pour qui "il n'a pas coupé les ponts, mais il n'est pas en recherche de responsabilité". Si l'ex-président de la République "ne prend plus de position partisane, ajoute-t-on dans son entourage. Il ne s'est pas exprimé publiquement dans la crise chez Les Républicains, ni pendant la campagne des européennes".

Nicolas Sarkozy, écouté jusqu'à quand?

Pourtant, quelques signes montrent que l'étoile de Nicolas Sarkozy est en train de pâlir. Il y a d'abord les affaires et un procès pour corruption dans l'affaire des "écoutes". Il se tiendra dans les mois à venir, tous les recours de Nicolas Sarkozy ayant été épuisés. Malgré tout, Julien Aubert, député Les Républicains du Vaucluse, reste confiant. Si Nicolas Sarkozy est innocenté, il espère que "la même énergie sera mise à le faire savoir qu'au moment de son implication". Un autre député estime que cette affaire des écoutes est "minime" : "Tous les maires pourraient être condamnés à ce compte-là, confie cet élu. Qui n'a pas accepté une place en crèche pour un proche, ou un petit service à un ami ?"

Quoi qu'il arrive, "Nicolas Sarkozy ne va jamais revenir", balaie un député de la jeune génération. "En fait 'Sarko' c'est confortable, résume-t-il. Vous le voyez deux heures, il pense pour vous, il a de l'énergie pour vous, mais il serait temps de s'en émanciper."

Vous êtes à nouveau en ligne