Michel Neyret et sa femme Nicole, un couple dans la tourmente face à la justice

Nicole et Michel Neyret, le 2 mai 2016, devant le tribunal correctionnel de Paris.
Nicole et Michel Neyret, le 2 mai 2016, devant le tribunal correctionnel de Paris. (ELISABETH DE POURQUERY / FRANCETV INFO)

L'ex-numéro 2 de la PJ lyonnaise est jugé dans une affaire de corruption depuis le 2 mai. A ses côtés, sur le banc des prévenus, se trouve aussi sa femme.

Deux silhouettes minces et élégantes, vêtues de noir, se tiennent bien droit face à la barre. De profil, celle de Nicole Neyret se superpose à celle de son mari, Michel, qui la dépasse d'une tête. "Je regrette que ma femme, qui n'a rien à voir dans tout cela – ni mes collègues – se retrouve dans la tourmente", déclare-t-ilPourtant, Nicole Neyret est bel et bien sur le banc des prévenus, à ses côtés. Elle est notamment jugée pour recel de corruption et recel de trafic d'influence passifs. Son mari, l'ancien numéro 2 de la PJ lyonnaise, est lui renvoyé pour corruption passive et trafic d'influence passif.

Voyages et montres de luxe

Lundi 9 mai, au quatrième jour du procès qui se tient devant le tribunal correctionnel de Paris, le couple est sommé de s'expliquer sur des supposés "cadeaux" reçus de la part d'indics, dont Gilles Benichou et Stéphane Alzraa, les deux grands absents de cette audience. Michel et Nicole Neyret sont interrogés sur des séjours dans des hôtels prestigieux et des montres de valeur, dont ils ont tous les deux bénéficié. "Je me suis amusé à faire un petit calcul… en gros en faisant l'addition... en divisant les voyages… j'arrive à une somme un peu inférieure à 30 000 euros", estime le président du tribunal. 

Selon lui, il y a notamment "deux gros voyages au Maroc". Les écoutes téléphoniques révèlent qu'un séjour à Marrakech, organisé début avril 2011, aurait été réglé par Yannick Dacheville. Ce dernier, aigrefin cité dans l'affaire de la fraude à la taxe carbone et condamné en 2014 pour trafic de stupéfiants, est toujours en fuite. Il parlait régulièrement par téléphone avec Gilles Benichou, qui évoquait le voyage à Marrakech comme "un investissement sur l'avenir". Mais Michel Neyret n'a pas la même vision.

Pour moi, c'est Benichou qui m'avait invité, au nom de notre amitié et pour célébrer mon anniversaire et celui de ma femme.Michel Neyretdevant le tribunal correctionnel de Paris

"Pour moi, il m'emmenait en vacances"

Nicole Neyret est appelée à la barre. Elle déroule sa version : les invitations de la part de son mari étaient rares. Alors elle a sauté sur l'occasion. "Qui a payé ça, c'est pas mon problème, moi il m'emmenait en vacances", rétorque-t-elle d'une voix grave et rocailleuse, à la Macha Béranger. Une femme blessée, exaspérée par les sorties nocturnes et les infidélités de son mari, se dévoile. 

J'étais une femme amoureuse trompée, je crois.Nicole Neyretdevant le tribunal correctionnel de Paris

La sexagénaire blonde au brushing impeccable parle ensuite d'un séjour à Casablanca, où elle s'est rendue sur proposition des frères Benichou, sans son mari. "C'est moi qui ait demandé à y aller, insiste-t-elle. Comme ça Michel pouvait avoir ses maîtresses. Je suis la femme jalouse, chiante." Assis derrière elle, les jambes croisées, sa main droite devant la bouche, Michel Neyret esquisse un sourire en coin.

Une confiance aveugle

"Nicole, dramatique, extravagante, ne fait pas dans la demi-mesure", souligne Richard Schittly dans sa biographie Comissaire Neyret, chute d'une star de l'antigang. "Paroles de femme meurtrie, trop exagérées pour être vraies ?"  interroge-t-il. Car Nicole Neyret a du caractère, et le montre aussi à l'audience, lorsque le président du tribunal interroge Michel Neyret à propos d'une montre Chopart, évaluée à 4 500 euros.

L'ancien commissaire a reçu le bijou d'Albert Benichou, frère aîné de Gilles, escroc lui aussi et un temps indicateur de la police. Michel Neyret a ensuite offert cette montre à sa femme. Or, il dit avoir appris par la suite qu'"Albert a pris [la montre] dans le coffre de famille sans autorisation familiale". "Quand j'ai su qu'elle était volée, je lui ai balancé la montre dessus. Je lui ai dit 'je ne veux plus de cette montre'", s'anime Nicole Neyret.

Nicole Neyret est une femme qui veut être consolée. Gilles Benichou l'a compris. Il y a vu une faille, dans laquelle il s'est engouffré. Nicole Neyret reconnaît avoir fait aveuglement confiance à cet homme, figure du milieu lyonnais. "J'y suis allée à fond", dit-elle. Elle dodeline de la tête et se balance sur ses hauts talons. 

J'ai dit à ma sœur : 'Je te présenterai mon ami Benichou. Il est formidable, les autres sont des voyous.'Nicole Neyretdevant le tribunal correctionnel de Paris

"J'étais anéantie, j'ai fait une tentative de suicide"

A tel point qu'elle accepte d'aller en Suisse avec lui pour créer une société et ouvrir un compte qui doit bénéficier à Nicole et Michel. Or, il s'agit d'une société panaméenne financée via le trading de charbon et dotée d'un compte à Dubaï qui, selon le dossier bancaire, était censée recevoir des commissions. A la procureure qui l'interroge sur le sujet, Nicole Neyret décrit son désespoir d'épouse et sa crédulité. "Personne ne vous a forcé à aller en Suisse... Vous ne saviez pas qui était Gilles Benichou ?" questionne-t-elle. "J'ai perdu 13 kg, j'ai fait une tentative de suicide... J'étais anéantie", répond l'épouse du super flic.

Pourtant, Nicole Neyret reproche à Gilles Benichou son comportement. "Gilles, depuis que tu lui donnes du fric, c’est plus le même. (…) Tu me l’as pourri, Michel. (…) Maintenant, il est plus voyou que les autres", avait-elle lâché lors d'une conversation téléphonique. "Je prêche le faux pour savoir le vrai", rétorque Nicole Neyret à l'audience. "Ah bon ?!" réagit le président du tribunal. 

Nicole affirme aussi avoir suivi les conseils de Michel Neyret : "Je n'ai jamais fait confiance à mon mari en tant que mari, mais pour son travail, je le laissais." "J'étais gâteuse à faire tout ce qu'il me disait. J'ai repris du poil de la bête depuis qu'il est allé en prison", ajoute-t-elle, en faisant rire la salle malgré elle.

"Je n'ai pas touché le moindre centime de ces gens-là"

Michel Neyret joue sur le même registre que sa femme. Il nie avoir connu l'objectif de la société et du compte en Suisse avant son arrestation. "Jamais j'aurais envoyé ma femme en Suisse pour toucher une commission", martèle-t-il.

Je ne suis pas un salaud, je n'aurais pas envoyé ma femme en Suisse pour la mettre en difficulté.Michel Neyretdevant le tribunal correctionnel de Paris

"Comment pouvez vous faire confiance [à Gilles Benichou] A un moment on a envie de poser cette question… Car vous n'êtes pas née de la dernière pluie, ajoute-t-elle en lui rappelant ses prestigieux titres, qui ont fait de lui une star de la police. Cette confiance semble un peu volontaire, cet aveuglement semble un peu délibéré, pas seulement d'une grande naïveté." "Je n'ai jamais touché le moindre centime de ces gens-là", se défend Michel Neyret. Il risque jusqu'à dix ans de prison et un million d'euros d'amende.

Vous êtes à nouveau en ligne