DOCUMENT FRANCE 3. "J'ai eu un traitement judiciaire hors norme", confie Michel Neyret l'ancien "super-flic" devenu réceptionniste

Cette vidéo n'est plus disponible

L'ex-numéro deux de la police lyonnaise s'est confié à France 3, dans un document exclusif diffusé lundi. Il revient sur sa condamnation et sa nouvelle vie.

Loin des hôtels de police, l'ex-commissaire de police de Lyon Michel Neyret condamné en appel pour corruption, est désormais réceptionniste dans l'hôtel trois étoiles de sa femme, au sud de Lyon (Rhône). L'ancien "super-flic" s'est confié à France 3, dans un document exclusif diffusé lundi 25 juin. 

Au moment de sa chute, l'ex-numéro deux de la police lyonnaise était une légende. Au cours de sa carrière de trente-deux ans, Michel Neyret était adulé par ses supérieurs pour ses résultats impressionnants. Mais l'homme a été condamné pour corruption pour avoir accepté des voyages ou des prêts de voitures de luxe par ses indicateurs, en échange de renseignements.

"J'ai été aveuglé sans doute par ma trop grande confiance en moi, confie Michel Neyret, et j'ai été séduit aussi par une certaine forme de vie, parce que c'est vrai c'était très clinquant et voilà conduire une Ferrari, c'était aussi quelque chose de très fort pour moi."

"Des vexations terribles"

Ces pratiques courantes mais illégales ont conduit l'ex-"super-flic" huit mois en prison. "J'ai eu des grosses périodes d'angoisse, notamment la nuit, je prenais des anxiolytiques qui m'étaient administrés", assure-t-il.

Si l'ancien commissaire ne conteste pas la sévérité de la peine, il critique un "différentiel de traitement". "J'ai eu un traitement judiciaire hors norme ; avec une volonté d'exemplarité qui était tellement forte que j'ai eu à subir des mesures vexatoires terribles", lance-t-il. Michel Neyret doit encore solder sa peine de prison. Pendant plusieurs mois, il va encore devoir porter un bracelet électronique.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne