A la Défense, la police démantèle le campement des "indignés"

Des pancartes des Indignés du quartier d\'affaires de La Défense, le 15 novembre 2011.
Des pancartes des Indignés du quartier d'affaires de La Défense, le 15 novembre 2011. (JOEL SAGET / AFP)

Les autorités se défendent toutefois d'avoir voulu "évacuer les personnes".

Après New York, La Défense ? La police est intervenue mardi 15 novembre au soir pour démanteler le campement des Indignés installés depuis une dizaine de jours sous la Grande Arche du quartier d'affaires situé près de Paris.

Vers 21h50, des policiers et des gendarmes mobiles, au nombre d'une centaine selon la préfecture, ont confisqué les cartons, pancartes, bâches constituant le campement des Indignés, qu'ils ont encerclés. De leur côté, les manifestants étaient également au nombre d'une centaine.

"Nettoyer l'esplanade", mais pas "l'évacuer"

La police se défend toutefois d'avoir voulu évacuer le campement. "L'intervention des forces de l'ordre visait à nettoyer l'esplanade des cartons et des meubles amassés par les Indignés, mais elle ne vise pas à évacuer les personnes, ni à procéder à des interpellations", a affirmé une source préfectorale. Les protestataires, eux, ont qualifié de "violente" cette intervention, à l'issue de laquelle aucun blessé n'a été signalé.

Les Indignés sont installés sous la Grande Arche de La Défense depuis la fin du sommet du G20 de Cannes, le 4 novembre. Leur nombre oscille suivant les jours entre plusieurs centaines et quelques dizaines, peinant à mobiliser à la hauteur d'autres mouvements équivalents en Europe ou aux Etats-Unis.

Vous êtes à nouveau en ligne