Société : les femmes et le travail, des carrières à optimiser

Ce direct est terminé et sera disponible en rattrapage dans quelques minutes.

Le bilan est lourd : 6 personnes ont été tuées, une centaine sont blessées notamment dans la ville de Granbury où 120 maisons ont été détruites. 14 personnes seraient encore portées disparues. Le salaire d'une femme est inférieur de 20 % à celui d'un homme. Leurs carrières sont souvent plus hachées, elles sont moins mises en valeur, particulièrement dans la hiérarchie. Sous la pression, les entreprises en prennent peu à peu conscience et certaines font tout pour repérer et valoriser ces talents féminins. A la clé, des réseaux et un système de tutorat. C'est une visite inattendue sous terre, au coeur de Paris, pour ces cadres de GDF-Suez. Elles font toutes partie d'un réseau de femmes qui s'entraident. C'est très bien pour une femme d'être présente sur ce type de site dans des métiers industriels de pointe. il faut qu'on soit mixte. Elles sont plus de 800 à faire partie de ce réseau de femmes qui entend faire progresser la mixité dans le groupe. Une démarche qui est aussi individuelle car l'entreprise cherche à valoriser ses talents féminins. Comme Sophie, 33 ans, une cadre à haut potentiel. Mais des interrogations sur ses capacités face à ses collègues hommes. Mon angoisse, c'était comment je pourrais me sentir légitime en tant que manager, moi toute jeune fille débarquée du siège ? Et ça, les garçons, l'ont beaucoup moins. C'était un frein mental que mes collègues garçons n'avaient pas. Pour aider Sophie à progresser dans sa carrière, une mentor la suit depuis plusieurs mois. 60 femmes bénéficient de ce dispositif. Conseils pour choisir un poste, étoffer son réseau. Et avant je me serais dit, c'est quand même bien pour moi, et là, je me dis non, ce n'est pas ce que je veux et on va en discuter. Je sais où je veux aller, alors qu'il y a 6 mois ce n'était pas possible. Le plafond de verre, barrière invisible qui empêche les femmes d'accéder aux postes a responsabilité. Bien faire son travail ne suffit plus. Il faut aussi le faire savoir. Il faut penser à son parcours, à communiquer sur ce qu'on fait. La différence entre les hommes et les femmes, c'est que là où un homme va dire "Pourquoi pas moi ?", une femme va se dire "Pourquoi moi ?". Ces dernières années, l'entreprise leur a mis en place un tutorat. Les grandes entreprises s'adaptent. Auparavant, elles recrutaient leurs cadres entre 30 et 35 ans.

Le bilan est lourd : 6 personnes ont été tuées, une centaine sont blessées notamment dans la ville de Granbury où 120 maisons ont été détruites. 14 personnes seraient encore portées disparues.

Le salaire d'une femme est inférieur de 20 % à celui d'un homme. Leurs carrières sont souvent plus hachées, elles sont moins mises en valeur, particulièrement dans la hiérarchie. Sous la pression, les entreprises en prennent peu à peu conscience et certaines font tout pour repérer et valoriser ces talents féminins. A la clé, des réseaux et un système de tutorat.

C'est une visite inattendue sous terre, au coeur de Paris, pour ces cadres de GDF-Suez. Elles font toutes partie d'un réseau de femmes qui s'entraident.

C'est très bien pour une femme d'être présente sur ce type de site dans des métiers industriels de pointe. il faut qu'on soit mixte.

Elles sont plus de 800 à faire partie de ce réseau de femmes qui entend faire progresser la mixité dans le groupe. Une démarche qui est aussi individuelle car l'entreprise cherche à valoriser ses talents féminins. Comme Sophie, 33 ans, une cadre à haut potentiel. Mais des interrogations sur ses capacités face à ses collègues hommes.

Mon angoisse, c'était comment je pourrais me sentir légitime en tant que manager, moi toute jeune fille débarquée du siège ? Et ça, les garçons, l'ont beaucoup moins. C'était un frein mental que mes collègues garçons n'avaient pas.

Pour aider Sophie à progresser dans sa carrière, une mentor la suit depuis plusieurs mois. 60 femmes bénéficient de ce dispositif. Conseils pour choisir un poste, étoffer son réseau. Et avant je me serais dit, c'est quand même bien pour moi, et là, je me dis non, ce n'est pas ce que je veux et on va en discuter. Je sais où je veux aller, alors qu'il y a 6 mois ce n'était pas possible.

Le plafond de verre, barrière invisible qui empêche les femmes d'accéder aux postes a responsabilité.

Bien faire son travail ne suffit plus. Il faut aussi le faire savoir. Il faut penser à son parcours, à communiquer sur ce qu'on fait. La différence entre les hommes et les femmes, c'est que là où un homme va dire "Pourquoi pas moi ?", une femme va se dire "Pourquoi moi ?".

Ces dernières années, l'entreprise leur a mis en place un tutorat. Les grandes entreprises s'adaptent. Auparavant, elles recrutaient leurs cadres entre 30 et 35 ans.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne