Société : adopter l'enfant de son conjoint

Ce direct est terminé et sera disponible en rattrapage dans quelques minutes.

Avec les divorces et les familles recomposées aujourd'hui, des centaines de milliers de personnes deviennent beaux-parents. Ils partagent leur vie et leur toit avec le ou les enfants de leur conjoint. Les situations peuvent être délicates. Mais parfois aussi, c'est un lien fort qui s'établit : si fort qu'il débouche sur l'adoption. C'est le dossier de cette édition. Philippe Besnier a 3 enfants. Bérengère la fille aînée et ses 2 garçons. Pourtant, durant des années, la seule à porter un nom différent, c'était la jeune fille, que sa mère a eu d'une première union. Au regard de la loi, son beau-père n'avait pas de droit sur elle. Même s'il l'a élevée depuis qu'elle a deux ans. Elle est vraiment ma fille, elle l'a toujours été. Même s'il n'y pas les liens du sang. Oui, c'est avant tout une relation vécue depuis très longtemps. Ce sont des moments d'amour, de crise, de recadrage. Sur l'album de famille, les seules photos où ils ne sont pas ensemble, sont celles de la naissance de Bérengère. Son père biologique a été présent pendant son enfance, mais c'est bien son beau-père qui l'a élevée au quotidien. Dans ma tête, j'avais deux papas, papa 1 et papa 2. Quand on est petit, on ne comprend pas tout, donc j'en avais deux. On arrive à se partager entre les deux. J'ai plus donné à mon beau-père qu'à mon père biologique. Il y a 3 ans, après un grave problème de santé, son beau-père se renseigne sur les questions de succession. Il découvre alors qu'il peut adopter Bérengère et il lui propose. Je voulais avoir une forme de reconnaissance. Ne pas être que le beau-père mais d'être plus qu'un beau-père. Ça a toujours été une évidence, sur le plan affectif. Je ne me suis jamais posé de question, la famille s'est tout de suite très bien construite. On était heureux avant, on l'est encore maintenant. Pour Bérengère c'était important. Aujourd'hui, plus de différence entre les enfants. Bérengère a demandé à prendre le nom de beau-père, qui est aussi celui de sa mère et de ses frères. J'ai trouve sa démarche très belle, c'était une façon de le remercier. Pour moi c'est un acte d'amour profond. Majeure, Bérengère n'a pas eu a demander l'autorisation Avec l'adoption simple, leur filiation n'est pas remise en cause. Cette procédure met la fratrie sur un plan d'égalité, notamment en matière d'héritage. C'est notre soeur, c'est normal qu'elle soit traitée de la même façon. On n'a pas dit non, loin de là. Vous avez une part de votre héritage qui va être réduit. On s'est arrange, elle va me reflier une petite part. En France, peu de familles ont recours à cette procédure. L'adoption simple est difficilement révocable et mal connue. Une fois qu'on a adopté un enfant ou qu'on a décidé d'être adopté, on ne peut plus revenir. Dans notre société où les couples se font et se défont, c'est un engagement qui peut être difficile à tenir dans le temps. Aujourd'hui, Bérengère savoure son nom tout neuf. Elle veut que ça soit son père d'adoption qui l'accompagne le jour de son mariage où elle changera peut-être a nouveau de nom. On a appris la mort, à 47 ans, de l'actrice Valérie Benguigui des suites d'un cancer.

Avec les divorces et les familles recomposées aujourd'hui, des centaines de milliers de personnes deviennent beaux-parents. Ils partagent leur vie et leur toit avec le ou les enfants de leur conjoint. Les situations peuvent être délicates. Mais parfois aussi, c'est un lien fort qui s'établit : si fort qu'il débouche sur l'adoption. C'est le dossier de cette édition.

Philippe Besnier a 3 enfants. Bérengère la fille aînée et ses 2 garçons. Pourtant, durant des années, la seule à porter un nom différent, c'était la jeune fille, que sa mère a eu d'une première union. Au regard de la loi, son beau-père n'avait pas de droit sur elle. Même s'il l'a élevée depuis qu'elle a deux ans.

Elle est vraiment ma fille, elle l'a toujours été.

Même s'il n'y pas les liens du sang.

Oui, c'est avant tout une relation vécue depuis très longtemps. Ce sont des moments d'amour, de crise, de recadrage.

Sur l'album de famille, les seules photos où ils ne sont pas ensemble, sont celles de la naissance de Bérengère. Son père biologique a été présent pendant son enfance, mais c'est bien son beau-père qui l'a élevée au quotidien.

Dans ma tête, j'avais deux papas, papa 1 et papa 2. Quand on est petit, on ne comprend pas tout, donc j'en avais deux.

On arrive à se partager entre les deux.

J'ai plus donné à mon beau-père qu'à mon père biologique.

Il y a 3 ans, après un grave problème de santé, son beau-père se renseigne sur les questions de succession. Il découvre alors qu'il peut adopter Bérengère et il lui propose.

Je voulais avoir une forme de reconnaissance. Ne pas être que le beau-père mais d'être plus qu'un beau-père.

Ça a toujours été une évidence, sur le plan affectif. Je ne me suis jamais posé de question, la famille s'est tout de suite très bien construite. On était heureux avant, on l'est encore maintenant. Pour Bérengère c'était important.

Aujourd'hui, plus de différence entre les enfants. Bérengère a demandé à prendre le nom de beau-père, qui est aussi celui de sa mère et de ses frères.

J'ai trouve sa démarche très belle, c'était une façon de le remercier. Pour moi c'est un acte d'amour profond.

Majeure, Bérengère n'a pas eu a demander l'autorisation Avec l'adoption simple, leur filiation n'est pas remise en cause. Cette procédure met la fratrie sur un plan d'égalité, notamment en matière d'héritage.

C'est notre soeur, c'est normal qu'elle soit traitée de la même façon.

On n'a pas dit non, loin de là.

Vous avez une part de votre héritage qui va être réduit.

On s'est arrange, elle va me reflier une petite part.

En France, peu de familles ont recours à cette procédure. L'adoption simple est difficilement révocable et mal connue.

Une fois qu'on a adopté un enfant ou qu'on a décidé d'être adopté, on ne peut plus revenir. Dans notre société où les couples se font et se défont, c'est un engagement qui peut être difficile à tenir dans le temps.

Aujourd'hui, Bérengère savoure son nom tout neuf. Elle veut que ça soit son père d'adoption qui l'accompagne le jour de son mariage où elle changera peut-être a nouveau de nom.

On a appris la mort, à 47 ans, de l'actrice Valérie Benguigui des suites d'un cancer.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne