Smic jeunes : pour et contr

Chaque fois, les textes ont été retirés. Cet après-midi, le gouvernement a rappelé son opposition ferme, à l'idée d'un Smic jeune. Ce SMIC jeunes serait-il un atout économique ou un recul social ? Voici les arguments des uns et des autres. Chacun se fera son idée. Le smic jeune, réponse efficace au chômage ? Oui, selon Gilbert Cette, au vu de l'expérience dans d'autres pays. Aux Pays-Bas, le salaire minimum est plus bas pour les jeunes. et d'année en année il rejoint le salaire des adultes. Est-ce efficace ? Il semblerait que le taux de chômage relatif des jeunes soit plus bas aux Pays-Bas qu'en France. Xavier Timbeau objecte qu'une génération risque d'être précarisée. On veut aussi lutter contre la pauvreté laborieuse, et on ne peut pas juste baisser le smic. Il faudrait alors instaurer des compléments de revenus pour éviter de tomber dans la pauvreté laborieuse. Les jeunes accepteraient-ils. Si cette mesure pouvait faciliter leur insertion, elle ne devrait pas être rejetée a priori, car de nombreux jeunes sont pour l'instant exclus de l'emploi. Ce serait perçu comme très injuste par la jeunesse, qui a été placée au coeur du programme présidentiel, de devoir payer les conséquences de l'augmentation du chômage en acceptant d'avoir un salaire au rabais. Les deux économistes s'accordent sur un point: si le smic jeune était créé, il faudrait limiter son utilisation dans le temps.

Chaque fois, les textes ont été retirés. Cet après-midi, le gouvernement a rappelé son opposition ferme, à l'idée d'un Smic jeune.

Ce SMIC jeunes serait-il un atout économique ou un recul social ? Voici les arguments des uns et des autres. Chacun se fera son idée.

Le smic jeune, réponse efficace au chômage ? Oui, selon Gilbert Cette, au vu de l'expérience dans d'autres pays.

Aux Pays-Bas, le salaire minimum est plus bas pour les jeunes. et d'année en année il rejoint le salaire des adultes. Est-ce efficace ? Il semblerait que le taux de chômage relatif des jeunes soit plus bas aux Pays-Bas qu'en France.

Xavier Timbeau objecte qu'une génération risque d'être précarisée.

On veut aussi lutter contre la pauvreté laborieuse, et on ne peut pas juste baisser le smic. Il faudrait alors instaurer des compléments de revenus pour éviter de tomber dans la pauvreté laborieuse.

Les jeunes accepteraient-ils.

Si cette mesure pouvait faciliter leur insertion, elle ne devrait pas être rejetée a priori, car de nombreux jeunes sont pour l'instant exclus de l'emploi.

Ce serait perçu comme très injuste par la jeunesse, qui a été placée au coeur du programme présidentiel, de devoir payer les conséquences de l'augmentation du chômage en acceptant d'avoir un salaire au rabais.

Les deux économistes s'accordent sur un point: si le smic jeune était créé, il faudrait limiter son utilisation dans le temps.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne