Secteur du bâtiment : des normes trop excessives ?

Ce direct est terminé et sera disponible en rattrapage dans quelques minutes.

Beaucoup de freins ont ralenti le secteur du bâtiment. Les normes changent tous les 6 mois et s'additionnent. C'est un véritable millefeuille pour les promoteurs, avec des retards et des surcoûts. Exemple à Bron, près de Lyon. Cet immeuble concentre à lui seul toutes les normes en vigueur, selon son promoteur. Premier exemple, ce local à vélos, 30 m2 en rez-de-chaussée, de la surface habitable en moins. On aimerait le faire à l'extérieur du bâtiment. On nous contraint à le faire dans le bâtiment, donc on perd de la surface constructible. Autre illustration, ce local de 6 m2 prévu pour accueillir un jour la fibre. Surdimensionné et surtout inutilisé. Dans cet escalier, deux rampes alors qu'une seule pourrait suffir. A l'intérieur, les exemples ne manquent pas, comme ces deux prises dans l'armoire électrique. C'est une norme. Quand on voit le nombre de prises dans l'appartement, je n'ai jamais vu quelqu'un se servir de celles-ci. Dans chaque pièce, prise Internet obligatoire. Une dans chaque chambre, une dans la pièce principale, dans la cuisine, on se pose la question de l'utilité à Père du wifi. Pas moins de 4.000 normes recensées et des coûts supplémentaires, les professionnels réclament plus de souplesse. Les normes ont leur utilité. On regrette qu'elles soient aussi rigides. Elles s'accumulent et constituent un millefeuille qui complique l'acte de construire. Promoteurs et entreprises ont remis un rapport au gouvernement.

Beaucoup de freins ont ralenti le secteur du bâtiment. Les normes changent tous les 6 mois et s'additionnent. C'est un véritable millefeuille pour les promoteurs, avec des retards et des surcoûts. Exemple à Bron, près de Lyon.

Cet immeuble concentre à lui seul toutes les normes en vigueur, selon son promoteur. Premier exemple, ce local à vélos, 30 m2 en rez-de-chaussée, de la surface habitable en moins.

On aimerait le faire à l'extérieur du bâtiment. On nous contraint à le faire dans le bâtiment, donc on perd de la surface constructible.

Autre illustration, ce local de 6 m2 prévu pour accueillir un jour la fibre. Surdimensionné et surtout inutilisé. Dans cet escalier, deux rampes alors qu'une seule pourrait suffir. A l'intérieur, les exemples ne manquent pas, comme ces deux prises dans l'armoire électrique.

C'est une norme. Quand on voit le nombre de prises dans l'appartement, je n'ai jamais vu quelqu'un se servir de celles-ci.

Dans chaque pièce, prise Internet obligatoire.

Une dans chaque chambre, une dans la pièce principale, dans la cuisine, on se pose la question de l'utilité à Père du wifi.

Pas moins de 4.000 normes recensées et des coûts supplémentaires, les professionnels réclament plus de souplesse.

Les normes ont leur utilité. On regrette qu'elles soient aussi rigides. Elles s'accumulent et constituent un millefeuille qui complique l'acte de construire.

Promoteurs et entreprises ont remis un rapport au gouvernement.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne