Un nouvel homme préhistorique découvert en Afrique du Sud

(Une partie du squelette recomposé de l'Homo naledi présenté à Magaliesburg ce jeudi © SIPA - Themba Hadebe)

Des scientifiques sud-africains ont annoncé avoir découvert une nouvelle espèce d'hommes préhistoriques dans une grotte proche de Johannesburg. Ils pourraient permettre de mieux comprendre comment et pourquoi les australopithèques ont laissé la place aux primates du genre homo et constituer un maillon de plus du fameux chaînon manquant.

La recherche du chaînon manquant est à l'archéologie ce qu'est la découverte d'une vie extra-terrestre à l'astronomie : un mythe et un but à la fois. La mise à jour dans une grotte d'Afrique du sud d'une espèce du genre humain jusqu'ici inconnue laisse entrevoir un pas dans cette direction.

Ce sont les ossements de 15 hominidés qui ont été mis à jour dans une grotte proche de Johannesburg, très difficile d'accès. Elle se situe sur un site particulièrement riche, précisément appelé "Berceau de l'humanité" et inscrite au patrimoine mondial de l'Unesco. Des journalistes sud-africains ont publiés des images des lieux sur Twitter.

Même espèce

Les 1.550 os découverts en 2013 et 2014 appartiennent à des individus d'âge variés, du bébé aux personnes âgées, du moins considérés comme telles à l'époque. Le fait remarquable est qu'ils présentent des caractéristiques morphologiques homogènes. Ils appartiennent donc au même groupe. S'ils n'ont pas encore été datés, ils sont déjà classés dans le genre Homo, dont nous sommes une sous-espèce, et baptisés Homo naledi.

" Il y a tout un processus de décryptage de la mise en place des fossiles pour essayer de comprendre qu’elle est leur origine,  explique Valéry Zeitoune, paléoanthropologue à l'université Pierre et Marie Curie, à Paris. et aussi des questions pour savoir si c’est une série homogène ou un mélange d’humain et d’australopithèque."  Pour l'expert, il faut se donner encore le temps de la réflexion pour être sur de la valeur de cette découverte et de sa signification pour l'histoire des êtres humains.

"Il va y avoir un débat scientifique et de nombreuses questions" Valéry Zeitoun, paléoanthropologue à l'université Pierre et Marie Curie de Paris
--'--
--'--

Autour de 2 millions d'années

"Certains aspects de l'Homo naledi, comme ses mains, ses poignets et ses pieds, sont très proches de celles de l'homme moderne. Dans le même temps, son petit cerveau et la forme de la partie supérieure de son corps sont plus proches d'un groupe pré-humain appelé australopithèque ", a expliqué le professeur Chris Stringer du Musée d'histoire naturelle de Londres, auteur d'un article sur le sujet jeudi dans la revue scientifique eLife

Le museum londonnien a qualifié la découverte de "remarquable", ce qui en dit long sur l'enthousiasme des scientifiques britanniques. Ils espèrent qu'elle permettra de mieux comprendre ce qui s'est passé il y a environ deux millions d'années, lorsque l'australopithèque primitif s'est effacé au bénéfice du primate de genre homo, notre - lointain - aïeul. La famille s'agrandit.

(Homo Naledi, un nouvel ancêtre © Idé)
Vous êtes à nouveau en ligne