Un laboratoire français va tester un médicament contre l'alcoolisme

(Maxppp)

La société D&A Pharma recherche actuellement des volontaires pour tester un nouveau médicament contre l'alcoolisme, l'Alcover. Déjà utilisé en Autriche et en Italie, il affiche des taux de réussite très intéressants.

L'alcoolisme tue chaque année, directement ou indirectement, près de 50.000 personnes en France. L'Alcover représente-t-il un espoir ? Le médicament est en tout cas déjà utilisé en Italie et en Autriche, deux pays où il semble produire des effets bénéfiques : après six mois de traitement, le taux d'abstinence alcoolique affiché chez les patients dépasse les 80 %.

Société recherche patients

La société D&A Pharma, qui a acheté les droits internationaux de l'Alcover, recherche actuellement 495 patients en Europe, dont 100 en France, pour tester les effets du médicament.

Parmi les spécialistes qui se réjouissent de l'arrivée potentielle de l'Alcover en France, le professeur Henri-Jean Aubin, addictologue à l'hôpital Paul-Brousse de Villejuif (Val-de-Marne). Lui parle d'un "immense progrès" .

Une molécule connue proche... du GHB

Considéré comme "le traitement de référence en Italie" selon le professeur Henri-Jean Aubin, l'Alcover est en fait fabriqué à partir d'une molécule bien connue, l'oxybate de sodium. Autre nom : le GHB, la "drogue du violeur". Mais pas de panique affirment les médecins, le produit utilisé est bien plus pur, et en dose bien plus légère.

Même si l'Alcover diminue l'envie de boire, il ne dispense certainement pas du travail psychologique à fournir chez le patient souffrant d'alcoolisme. La mise sur le marché, en cas de tests concluants, pourrait intervenir dès l'année prochaine.

Autre traitement prometteur à l'essai clinique en ce moment, le Baclofène. Deux médicaments prometteurs, dont les tests doivent désormais prouver l'efficacité et la non-dangerosité.

Vous êtes à nouveau en ligne