L’approche du Soleil pourrait-elle expliquer le silence de Philae ?

(La comète Tchouri en juillet dernier © ESA/Rosetta/Navcam – CC BY-SA IGO 3.0)

La sonde Rosetta a dû s'écarter de la comète Tchouri qui sera jeudi au plus près du Soleil. Ce qui l'éloigne temporairement du robot Philae et rend improbable la reprise prochaine des communications.

Jeudi, vers quatre heures du matin, la comète Tchouri atteindra son périhélie, le point sur son orbite ovale qui est le plus proche du Soleil. Mais le robot Philae, qui a atterri sur la comète en novembre dernier, ne répond plus depuis plus d’un mois. L'approche du Soleil pourrait être l'une des explications. 

Alors qu’elle s’approche au plus près du soleil, la surface de la comète Tchouri est modifiée avec la chaleur de l’astre. “Comme elle est essentiellement composée de glace, elle se transforme en gaz et soulève de la poussière” , explique Philippe Gaudon, chef de projet Rosetta au CNES, à l’antenne de France Info. “Au moment du périhélie, elle forme une queue qui n'est pas observable à l'œil nu. Tchouri mesure cinq kilomètres de longueur, la moitié de Paris. Et sa queue mesure déjà 120.000 kilomètres, dix fois la taille de la Terre."

Les responsables de la mission craignent que ces émissions de gaz aient déplacé le robot sur la surface de la comète, et que ses panneaux solaires lui permettant de fonctionner soient obstrués.

"C'est l'endroit où elle reçoit le plus de chaleur du soleil et comme elle est essentiellement composée de glace, elle se transforme en gaz" - Philippe Gaudon, chef de projet Rosetta au CNES
--'--
--'--

Rosetta tenue à distance

La sonde Rosetta, qui fait office de relais entre le robot Philae et la Terre, a donc été obligée de s’écarter de la comète à cause de ces dégagements de gaz et de poussière. Ses équipements risquant de se dérégler si elle s’en approche trop, la sonde survole actuellement Tchouri à une distance raisonnable de 300 kilomètres.

Les communications avec le robot Philae sont dans ces circonstances encore plus improbables : "La dernière communication que l'on ait eue date du 9 juillet” , déclare Philippe Gaudon. “On continue de l'écouter mais avec une probabilité quasi nulle, parce que on a atterri sur un côté, comme sur un mur plutôt que sur le plancher.”

Les scientifiques espèrent pouvoir renouer le contact avec le robot lorsque la comète se trouvera à nouveau plus loin de l’astre solaire : “Il va falloir attendre que la comète reparte plus loin du soleil, dégaze moins" , affirme Philippe Gaudon. "À ce moment là, Rosetta va pouvoir se rapprocher de la comète et de Philae."

D’ici là, l’Agence spatiale européenne souhaite au petit robot d’être bien équipé contre les rayons UV.

Vous êtes à nouveau en ligne