Hugh Herr, l'homme réparé grâce aux prothèses biomimétiques

JACQUES CARDOZE et REGIS MASSINI - FRANCE 2

Hugh Herr, directeur de recherche au MIT, a lui-même perdu ses jambes à 17 ans. Il a conçu et fabriqué ses propres prothèses, qui réagissent comme des muscles vivants.

La science-fiction avait imaginé un homme "réparé" ou un homme "augmenté". Aujourd'hui, la science elle-même montre des avancées dans le domaine, notamment dans celui des prothèses biomimétiques, qui s'adaptent au fonctionnement du corps pour lui permettre une démarche la plus naturelle possible, et même plus.

Hugh Herr, directeur de recherche au Massachusetts Institute of Technology (MIT), fabrique la prochaine génération de membres bioniques, des prothèses robotiques inspirées par ses propres membres. "Même si ce sont des prothèses synthétiques, elles réagissent comme des muscles vivants, elles se connectent sans problème au reste de mon corps", confie le scientifique à France 2. Hugh Herr a perdu ses deux jambes dans un accident d'escalade il y a trente ans.

Son credo : "Bientôt, il vaudra mieux être amputé que valide"

À la tête du laboratoire de biomécatronique du Media Lab du MIT, Hugh Herr est convaincu que d'ici une vingtaine d'années, un adulte amputé pourra se mouvoir plus facilement qu'un adolescent de 18 ans. Hugh Herr a développé différentes sortes de jambes bioniques pour des usages très spécifiques : la marche, la course, mais aussi l'escalade.

La danseuse américaine Adrianne Haslet-Davis, qui a perdu sa jambe gauche en 2013, lors de l'attentat du marathon de Boston, est remontée sur scène pour la première fois grâce à une prothèse de Hugh Herr.

Le JT
Les autres sujets du JT
Vous êtes à nouveau en ligne