"Nous refusons de devenir les rats de laboratoire" : des supporters du FC Metz dénoncent l'utilisation de la reconnaissance faciale

Des supporters à Metz avec des masques pour protester contre la reconnaisance faciale, le 2 février 2020. 
Des supporters à Metz avec des masques pour protester contre la reconnaisance faciale, le 2 février 2020.  (YVES SALVAT / MAXPPP)

La reconnaissance faciale fait débat y compris dans le monde du football.

La reconnaissance faciale bientôt aux portes des stades ? L'association nationale des supporters a dénoncé son utilisation supposée dimanche 2 février lors d'un match de football de ligue 1 entre le FC Metz et Saint-Etienne. Même si le club messin a démenti, les supporters des deux camps ont déployé des banderoles et porté des masques médicaux durant le match pour dénoncer la possible utilisation de cette nouvelle technologie. 

À Metz, les supporters sont convaincus que le dispositif a été testé à l'entrée du stade lors du match contre Strasbourg. Ils se basent sur les informations du journaliste Olivier Tesquet qui assurait dans une interview au site Streetpress que la reconnaissance faciale avait été utilisée au Stade Saint-Symphorien, sans prévenir les supporters. "Nous refusons de devenir les rats de laboratoire", a réagi l'association nationale des supporters qui "demande la suspension immédiate de tout programme en court". 

Le club dément 

Sur les réseaux sociaux, le FC Metz dément avoir utilisé cette reconnaissance faciale mais explique que ce dispositif est bien à l’essai dans une start-up de la région. "Il s’agit pour l’instant uniquement de tests techniques à vide, réalisés sur des employés de la start-up", précise le club. 

L'objectif, à terme, sera d'empêcher les supporters interdits de stade de pouvoir accèder aux tribunes grâce à la reconnaissance faciale. Une fois les tests jugés concluants, ce système sera bien mis en place, pas uniquement à Metz. Le ministère des Sports confirme qu'il sera utilisé dans d'autres stades et pour des grands évènements sportifs pour améliorer la sécurité et lutter contre le terrorisme. 

Vous êtes à nouveau en ligne