Les géants américains du secteur unis pour la neutralité du Net

(Mal Langsdon Reuters)

Une centaine d'entreprises du secteur d'Internet, comme Google ou Facebook, s'alarment du vote prochain aux Etats-Unis d'un projet enterrant le concept de neutralité du Net. Elles ont donc écrit au régulateur américain, la FCC, pour dénoncer "une menace sérieuse sur l'Internet", car le projet pourrait autoriser les fournisseurs d'accès à "vendre" un accès privilégié à leur réseau. Créant ainsi une discrimination sur le web.

L'inquiétude monte chez Google, Amazon, Facebook, ou encore Twitter... En d'autres mots, les géants américains d'Internet sentent un danger qu'ils veulent à tout prix éviter. Car le 15 mai prochain, la Commission fédérale des communications (FCC) doit voter un nouveau texte qui pourrait ouvrir une nouvelle plaie béante en matière de "neutralité du Net". Ce principe, cardinal depuis la création du réseau, garantit un traitement égal pour tous les flux de données sur Internet, une sorte d'égalité entre tous les acteurs, puissants ou pas.

"Nous vous écrivons pour exprimer notre soutien d'un Internet libre et ouvert" (lettre envoyée à la FCC)

Les géants d'Internet refusent la proposition de la FCC, d'introduire une possibilité d'accès privilégié aux réseaux, contre rétribution. Ainsi, si le projet est voté, les fournisseurs d'accès à Internet pourraient monnayer l'accès à leurs services, favorisant ainsi certains acteurs. "Une grave menace pour l'Internet ", selon les termes de la lettre. Il s'agit à tout prix d'éviter toute discrimination, qu'elle soit technique ou économique.

Au sein-même de la FCC, le projet fait débat. Les cinq membres sont très divisés ; le report du vote a même été demandé il y a quelques jours, dans un contexte tendu. Avec cette lettre envoyée à la dernière minute, les géants américains abattent une dernière carte. Pour sauver ce qui reste de la neutralité du Net.