L'UEJF porte une nouvelle fois plainte contre Twitter

(Regis Duvignau Reuters)

L'union des étudiants juifs de France vient d'annoncer qu'elle attaquait en justice le président de Twitter, Dick Costolo. L'UEJF reproche au réseau social d'avoir laissé en ligne des tweets antisémites alors qu'il s'était engagé devant la justice à les enlever.

L'union des étudiants juifs
de France continue son combat contre Twitter. L'UEJF a attaqué le réseau social
au pénal fin mars pour obtenir l'identité des auteurs de tweets antisémites
.

Ce jeudi, l'association porte
une nouvelle fois plainte. Non seulement, Twitter ne lui a pas communiqué les
noms qu'elle demandait. Mais en plus, le réseau social a laissé en ligne les
tweets antisémites en question, alors qu'il avait affirmé devant les juges qu'ils
seraient retirés. 

"A l'occasion d'un procès-verbal de constat établi pour les
besoins de la procédure de référé, les associations requérantes viennent de
découvrir avec stupéfaction et un profond dégoût que la société Twitter avait
menti au juge des référés et aux médias en affirmant avoir rendu inaccessibles
les tweets en cause, alors que 
- l'intégralité des tweets litigieux
demeurent encore aujourd'hui accessibles depuis le territoire Français
"** écrit
l'UEJF sur son site internet.

L'association rajoute qu'au
moins "cinq tweets des plus violents, pourtant signalés dès le mois
d'octobre
, demeurent en ligne
".

Pour Stéphane Lilti, l'avocat de l'UEJF, "Twitter
joue
clairement la montre en ne répondant pas aux demandes de la justice française
et ainsi on s'oriente ainsi vers une vaste impunité puisque la prescription est
d'un an pour ce type de délits
".

Vous êtes à nouveau en ligne