Gaz, eau, électricité, bientôt des tarifs "progressifs" ?

(Maxppp)

Après les carburants, le gouvernement s'attaque au prix du gaz de l'eau et de l'électricité. Il veut mettre en place une tarification progressive. Objectif : tenir compte de la composition du foyer ainsi que des conditions d'isolation thermique du logement pour moduler les prix. Une mesure qui sera adoptée au plus tard à la fin de l'année.

Après l'annulation
du gel des tarifs de gaz
par le Conseil d'Etat début juillet, le Premier
ministre avait annoncé une "proposition de loi" qui serait "l'application
d'un engagemen
t" de François Hollande. "Un prix
forfaitaire du gaz, de l'électricité, en fonction de votre consommation", 
avait précisé Jean-Marc Ayrault.

Le système de calcul des
prix du gaz et de l'électricité est "dépassé"
(Jean-Marc
Ayrault)

Après la théorie, place
à la pratique. C'est le député socialiste François Brotte a pour mission de plancher sur
une "réforme structurelle" des tarifs de l'énergie.
Ce "Monsieur énergie" du PS doit déterminer plusieurs paramètres : "Comment on calcule les coûts, un autre sur qui décide entre le
régulateur et l'Etat et un troisième sur les économies d'énergie qui passent
par une responsabilisation avec des tarifs progressifs"
, détaille François
Brotte.

Des tarifs progressifs
appelés à être mis en place au plus vite, crise oblige, a expliqué mercredi le ministre
des Relations avec le Parlement, Alain Vidalies. Le nombre d'occupants d'un
logement, le mode de chauffage, la situation géographique, la qualité de
l'isolation thermique figurent parmi les critères qui seront pris en
compte.

Vous êtes à nouveau en ligne