VIDEO. Les satellites au cœur d'une nouvelle guerre des étoiles

L'entreprise Blue Origin entre à son tour dans la compétition : la firme américaine a conclu un contrat avec Eutelsat pour le lancement d'un premier satellite en 2021 ou en 2022. Et le marché est très lucratif.

A la conquête de l'espace (et du lucratif marché des satellites). La firme américaine Blue Origin, fondée par le patron d'Amazon Jeff Bezos, a annoncé mercredi 8 mars avoir signé son premier contrat avec le géant Eutelsat. Elle sera ainsi chargée de mettre en orbite les satellites de l'opérateur européen. De nouvelles débouchées pour la société, initialement spécialisée dans le tourisme spatial.

Blue Origin arrive sur un marché déjà occupé par des acteurs historiques comme le français Arianespace ou le russo-américain International Launch Services (ILS). Et depuis 2010, la société américaine SpaceX s'est également lancée dans l'envoi de satellites dans l'espace, grâce à sa fusée Falcon 9.

Des fusées capables de revenir sur Terre

Fondée par Elon Musk, également à l'origine du constructeur automobile Tesla, SpaceX ambitionne de rentabiliser ses lanceurs en les faisant atterrir une fois le satellite lancé, pour les réutiliser ensuite. Après plusieurs échecs, les phases de test ont été couronnées de succès : la fusée a été récupérée intacte sur Terre.

L'entreprise de Jeff Bezos entend imiter son concurrent, avec son lanceur baptisé New Glenn. Blue Origin a encore un peu de temps pour se préparer. Le contrat signé avec Eutelsat prévoit le lancement d'un satellite géostationnaire en 2021 ou 2022, a précisé le groupe européen dans un communiqué.

Vous êtes à nouveau en ligne