Une lune de Saturne possède "presque tous les ingrédients" propices à la vie

La sonde américaine Cassini a détecté de l\'hydrogène sur une lune de Saturne, annonce la Nasa, jeudi 13 avril 2017.
La sonde américaine Cassini a détecté de l'hydrogène sur une lune de Saturne, annonce la Nasa, jeudi 13 avril 2017. (HANDOUT / NASA)

La sonde américaine Cassini a détecté de l'hydrogène dans l'une des lunes de Saturne.

Y aurait-il une vie extra-terrestre au sein de notre système solaire ? La sonde américaine Cassini a détecté de l'hydrogène sur une lune de Saturne, a annoncé la Nasa, jeudi 13 avril. Cette détection a été faite dans un panache de vapeur d'Encelade, l'un des satellites naturels de la lune. Cette présence d'hydrogène est propice à la présence de la vie.

Selon les scientifiques à l'origine de cette découverte, "des réactions hydrothermales entre des roches chaudes et l'océan se trouvant sous la surface gelée de la lune sont la seule source plausible de cet hydrogène", détaille la revue Science (en anglais).

"Une source d'alimentation de la vie"

"Bien que nous n'ayons pas détecté la vie, nous avons trouvé une source d'alimentation de la vie", a expliqué Hunter Waite, du Southwest Research Institute à San Antonio (Texas). "C'est un peu comme un magasin de confiseries pour des microbes".

Sur Terre, ce processus procure l'énergie aux écosystèmes qui se développent à proximité des cheminées hydrothermales au fond des océans où il y a une activité volcanique. Les instruments de Cassini ont détecté cet hydrogène moléculaire en 2015, quand la sonde s'est approchée au plus près de la surface d'Encelade - à environ 50 kilomètres- pour traverser un geyser dans la région du pôle sud.

De l'hydrogène et du dioxyde de carbone

Les chercheurs indiquent que la vapeur et les particules traversées par Cassini contenaient jusqu'à 1,4 % d'hydrogène et 0,8 % de dioxyde de carbone. Ces éléments sont essentiels à la méthanogénèse, une réaction chimique permettant sur Terre à des microbes de vivre dans des profondeurs océaniques que les rayons du Soleil ne peuvent atteindre.

"Cette observation représente une avancée importante pour évaluer l'habitabilité d'Encelade", a estimé Jeffrey Seewald, un scientifique de la Woods Hole Oceanographic Institution, dans un article accompagnant l'étude. Cassini avait déjà collecté des données indiquant la présence d'un vaste océan sous une épaisse couche de glace au fond duquel se trouve un socle rocheux. La sonde est en orbite autour de Saturne depuis 2004.

Vous êtes à nouveau en ligne