La cuisine spatiale est-elle digne d'un trois étoiles ?

L\'astronaute américain Kjell Lindgren ouvre un sachet de fruits frais à bord de la Station spatiale internationale, le 27 août 2015.
L'astronaute américain Kjell Lindgren ouvre un sachet de fruits frais à bord de la Station spatiale internationale, le 27 août 2015. (NASA)

Le Français Thomas Pesquet s'envole, jeudi, pour la Station spatiale internationale. Que va-t-il déguster pendant les six mois de son séjour ? Franceinfo vous présente le menu.

Thomas Pesquet va passer six mois en orbite au-dessus de nos têtes. L'astronaute (ou spationaute) français doit rejoindre la Station spatiale internationale (ISS), jeudi 17 novembre. Il va y passer, entre autres, Noël et son anniversaire. Que va-t-il manger au quotidien et pour les grandes occasions ? Franceinfo revient, en dix questions, sur les repas que l'on prend à 400 km d'altitude.

1Les astronautes cuisinent-ils dans l'ISS ?

Pas vraiment. S'il existe un coin cuisine, "il s'agit plutôt de réchauffer et de réhydrater", a expliqué (en anglais) l'astronaute américain Edward Lu lors de son séjour dans la station. Pour y parvenir, les astronautes disposent d'eau chaude et d'un four dont le Japonais Kimiya Yui fait la démonstration (en anglais).

En 2015, l'Italienne Samantha Cristoforetti a montré comment elle confectionnait une tortilla tiède remplie de salade de quinoa, de tomates séchées, de maquereaux et de crème de poireau. A y regarder de plus près, ce n'est pas vraiment de la cuisine, mais plutôt de l'assemblage.

2Donc tout n'est pas en poudre ?

Non, loin de là. L'agence spatiale européenne (ESA) explique que la nourriture embarquée à bord de l'ISS est mise en boîte ou emballée dans de l'aluminium. "Elle peut aussi être lyophilisée, précuite ou déshydratée. Si les aliments sont déshydratés, ils ne peuvent être consommés qu’en ajoutant de l’eau", précise-t-elle. 

3Alors, que trouve-t-on dans le garde-manger de l'ISS ?

Dans le détail, il y a six types de produits :

Les aliments déshydratés. L’eau des aliments a été retirée sur Terre et doit ensuite être ajoutée dans l'espace. Les boissons, par exemple, se présentent souvent sous cette forme. Le Canadien Chris Hadfield a montré, en 2013, le dispositif qui permettait de réhydrater des aliments. Dans son exemple, il s'agit d'épinards. Il règle la quantité d'eau adéquate et envoie de l'eau chaude.

Les produits thermostabilisés. Ces aliments ont subi un traitement thermique et sont présentés en boîtes ou en pochettes souples semblables aux rations militaires. Par exemple de la salade de thon ou encore du flan à la vanille.

Les aliments à humidité intermédiaire. Ils contiennent entre 15% et 30% d'eau. Cela peut être des fruits séchés ou de la viande séchée, comme du bœuf.

Les aliments qui se présentent sous leur forme naturelle. Il peut s'agir de noix diverses, de céréales, ou de produits consommables directement dans des emballages souples, comme des bonbons.

Les viandes irradiées. La viande (poulet, dinde, bœuf, etc.) est cuite sur Terre puis stérilisée grâce à des rayons ionisants pour éviter que des micro-organismes se développent.

Les produits frais. Ils sont rares, mais une (très) petite quantité de produits frais parviennent à bord de l'ISS lors du ravitaillement via un vaisseau-cargo ou lorsqu'un nouveau membre arrive. En 2015, pour la première fois, des astronautes ont goûté des feuilles d'une salade extraterrestre. Elle avait poussé dans l'espace, à bord de la station.

4Des aliments sont-ils interdits dans l'ISS ?

Oui. Le pain, et tout ce qui fait des miettes en général, est banni. Sur Terre, les miettes tombent au sol avec la gravité. Mais en apesanteur, elles continuent de flotter dans l'air. C'est particulièrement dangereux car les astronautes risquent de les inhaler. Par ailleurs, ces miettes qui s'engouffrent partout peuvent provoquer des incendies, en raison de tous les appareils électriques présents dans l'habitacle.

Pour contourner ces dangers, la tortilla s'est ainsi imposée comme un substitut du pain. On la mange salée ou sucrée. Par exemple, l'astronaute canadien Chris Hadfield l'a badigeonnée de beurre d'arachide et de miel.

Concrètement, pour éviter que les aliments ne se dispersent dans l'habitacle, ils doivent être collants ou humides pour adhérer aux ustensiles, généralement une cuillère.

5Mais qui concocte les menus ?

Rien n'est laissé au hasard. Les astronautes doivent avoir "une alimentation soigneusement planifiée afin de satisfaire tous leurs besoins nutritionnels et faire de l’exercice pour rester en forme à bord de la Station", explique l'Agence spatiale européenne.

De son côté, l'Agence canadienne précise que "des nutritionnistes s'assurent que tous les menus fournissent entre 1 900 et 3 200 calories par jour aux astronautes" selon le poids, le sexe, et les besoins particuliers de chacun. Thomas Pesquet a partagé, en avril, une photo d'un dîner qu'il prendra à bord de la station, précisant que les calories et que les quantités sont soigneusement mesurées.

Si les nutritionnistes veillent à ce que les menus soient équilibrés, les astronautes déterminent ce qu'ils vont manger avant leur vol, indique le Centre national d'études spatiales. Lors de séances de dégustation, ils choisissent leurs repas dans une carte riche de plus de 100 plats. Sans surprise, chacun choisit des spécialités de son pays : le Canadien Chris Hadfield a notamment choisi des plats avec du sirop d'érable alors que le Japonais Kimiya Yui a retenu, entre autres, du riz au curry.

6Combien de fois mangent-ils par jour ?

Ils prennent trois repas dans la journée, plus un encas, selon l'Agence spatiale canadienne.

7Et c'est bon ?

Difficile de savoir si les œufs brouillés réhydratés du Britannique Tim Peake sont succulents... Leur aspect est plutôt déroutant.

De façon générale, dans l'espace, la nourriture a moins de goût. Il faut donc qu'elle soit plus épicée. Outre cet assaisonnement plus corsé, ajouté dès la préparation des repas, des condiments sont disponibles à bord de l'ISS pour relever les plats : ketchup, moutarde et mayonnaise, et également sel et poivre, mais sous forme liquide. 

Côté sucré, ce pudding au chocolat et au café, dégusté par Chris Hadfield, semble plutôt appétissant.

8Il y aura de la dinde à Noël ? De la tartiflette ? Un gâteau d’anniversaire ?

Depuis les années 1990, il existe des plats de fêtes pour les astronautes, appelés "Special event meals". Lorsque Jean-Pierre Haigneré rentre de mission spatiale en 1993, il est ravi de son expérience, mais indique à la radio avoir été déçu par la nourriture. Le cuisinier Richard Filippi, qui écoute l'émission, a alors l'idée de développer la gastronomie spatiale, raconte France Culture. Trois ans plus tard, les premiers plats gastronomiques arrivent dans la station Mir. Depuis, la gamme ne cesse de s'étoffer.

Une journaliste de France 2 a goûté un repas "bonus" de Thomas Pesquet. Ces menus exceptionnels, conçus par le chef étoilé Thierry Marx, doivent agrémenter les jours spéciaux, comme le réveillon de Noël ou son anniversaire, qu'il fêtera dans l'espace, le 27 février 2017. Pour la Saint-Sylvestre : langue de bœuf façon Lucullus en entrée, puis suprême de poulet aux morilles en plat et pain d'épices au dessert. Et pour souffler sa 39e bougie, le Français mangera du saumon bio et du quinoa.

France 2

"Ces repas restent exceptionnels et, loin d’être un luxe inutile, ils constituent un réel soutien psychologique. Ils permettent de réunir l’équipage lors d’événements à célébrer, comme une sortie extravéhiculaire", explique le Centre nationale d'études spatiales (Cnes).

Evidemment, une tablée de fêtes dans l'ISS ne ressemble pas aux tablées terrestres. Voici à quoi ressemble un repas de Thanksgiving à bord de la station (à partir de 30 secondes).

9Que boivent-ils ?

Une partie de l’eau est recyclée dans la Station, mais il est nécessaire d'en renvoyer régulièrement depuis la Terre lors des missions de ravitaillement. Outre l'eau, il y a du café, du thé, des jus de fruits ou encore de la limonade. Toutes ces boissons se trouvent dans des sachets souples. Les astronautes les réhydratent puis les boivent avec une paille.

10Est-il autorisé de boire de l’alcool ?

Il est strictement interdit de consommer de l'alcool à bord de l'ISS. Une situation qui mécontente le Russe Salijan Charipov. De retour de mission, en 2005, il a estimé qu'il serait "souhaitable" d'avoir quotidiennement de l'alcool à disposition. L'objectif, selon lui, n'est pas de faire la fête tous les jours, mais d'"améliorer notre travail, pour faire face plus aisément au stress psychologique inhérent à nos missions".

Reste que l'alcool n'est pas totalement interdit de séjour dans la station car, comme l'a rapporté Slate en 2015, la distillerie japonaise Suntory a annoncé qu'elle comptait envoyer six échantillons de ses whiskies à bord de la station pour observer les effets de la microgravité sur le processus de vieillissement de l'alcool. Néanmoins, les spationautes ne sont pas autorisés à boire les échantillons.

Vous êtes à nouveau en ligne