L'astuce mignonne des astronautes pour savoir qu'ils sont en apesanteur

Le Français Thomas Pesquet teste sa combinaison avant d\'entrer dans le vaisseau Soyouz et de prendre la direction de la Station spatiale internationale, le 17 novembre 2016, avant son départ de Baïkonour (Kazakhstan). 
Le Français Thomas Pesquet teste sa combinaison avant d'entrer dans le vaisseau Soyouz et de prendre la direction de la Station spatiale internationale, le 17 novembre 2016, avant son départ de Baïkonour (Kazakhstan).  (YURI KOCHETOV / REUTERS)

Thomas Pesquet et les deux autres astronautes de l'équipe ont pris la direction, jeudi soir, de l'espace. Ils sont désormais en orbite autour de la Terre et rejoindront l'ISS samedi. 

Quand vous êtes harnachés, comme le sont les astronautes dans le vaisseau spatial Soyouz au moment de la montée vers l'espace, difficile de réaliser le moment où vous commencez à flotter. Jeudi 17 novembre, le Français Thomas Pesquet et les deux cosmonautes qui ont pris la route de la Station spatiale internationale ont donc pu compter sur un petit objet pour être sûrs d'être en apesanteur : cette peluche à leur effigie. 

Si on ne la voit pas sur ces images filmées depuis l'intérieur du vaisseau, l'équipage n'a toutefois pas manqué à la tradition. Tous les vaisseaux Soyouz possèdent leur indicateur d'apesanteur, sélectionné par le commandant de la mission en accord avec son équipe, rapporte le site spécialisé Space.com (en anglais). A chaque fois, il est le premier objet à flotter, comme vous pouvez le voir sur cette vidéo diffusée par la BBC en décembre 2015. Les astronautes, supportent, eux, un choc puissant au moment du passage entre la gravité et l'apesenteur.

Très souvent, cet indicateur prend la forme d'un jouet, souvent offert par les enfants d'un des astronautes. Buzz l'éclair ou encore un oiseau tiré du jeu Angry Birds ont ainsi eu la chance de faire un tour dans l'espace. Mais l'une des plus connues reste la figurine d'Olaf, personnage du dessin animé La Reine des neiges, emmenée par le cosmonaute russe Anton Shkaplerov en 2014. L'objet lui avait été confié par sa fille de 8 ans. Et à en croire son visage, Olaf a apprécié le voyage...

Vous êtes à nouveau en ligne