Cinq questions sur la vie des astronautes dans Orion, la capsule spatiale destinée à aller sur Mars

Une version de test de la capsule spatiale Orion lors d\'un exercice de sauvetage en mer, le 15 septembre 2014. La capsule est censée revenir sur Terre en se posant sur la mer.
Une version de test de la capsule spatiale Orion lors d'un exercice de sauvetage en mer, le 15 septembre 2014. La capsule est censée revenir sur Terre en se posant sur la mer. (MIKE BLAKE / REUTERS)

Les Etats-Unis testent pour la première fois, jeudi, une nouvelle capsule spatiale, qui doit permettre à l'homme d'atteindre la planète rouge.

Quarante ans après leur dernière mission vers la Lune, les Etats-Unis veulent relancer les vols habités au-delà de l'orbite terrestre. La Nasa, l'agence spatiale américaine, teste, jeudi 4 décembre, Orion, sa nouvelle capsule spatiale, qui doit permettre à l'homme de retourner sur la Lune mais aussi, à terme, d'atteindre Mars à l'horizon 2035.

Si ce premier test se fera à vide - le vol habité est prévu pour 2021 -, ce nouveau vaisseau est conçu pour transporter quatre personnes, dans une capsule de  5 m de diamètre. Autant dire que les astronautes seront à l'étroit, pour des voyages qui dureront, dans un premier temps, jusqu'à 21 jours. Et pour explorer Mars, ils partiraient probablement pour trois ans.

A quoi ressemblera le quotidien des futurs passagers de la capsule Orion ? Eléments de réponse en cinq questions.

1 Les astronautes devront-ils rester assis tout le voyage ?

Construite sur le modèle de la capsule Apollo, qui a permis à l'homme de se poser sur la Lune, Orion fait 5 m de diamètre. C'est 30% de plus que son prédécesseur, mais l'espace reste plutôt confiné. Surtout qu'Orion accueillera quatre astronautes, contre trois pour Apollo, et un équipement au volume non négligeable. Dans ces conditions, les passagers sont-ils condamnés à être cloués à leur siège durant tout le voyage ? 

"La capsule n'est pas si petite, nuance Brandi Dean, porte-parole de la Nasa, contactée par francetv info. Il y a plus d'espace que dans Apollo, mais aussi que dans le Soyouz", un vaisseau russe, qui est encore utilisé aujourd'hui. Il y a donc un peu plus de place pour se mouvoir, d'autant plus que, comme le note la spécialiste américaine, "quand on atteint la gravité zéro [où les astronautes sont en apesanteur], toute la partie haute du vaisseau devient accessible". En revanche, pour une mission plus longue, comme un voyage sur Mars, qui durerait plutôt trois ans, la Nasa juge nécessaire d'accrocher un module additionnel à la capsule pour offrir d'avantage d'espace aux astronautes.

Et pour compenser le manque d'activité physique, dû à l'immobilité mais aussi à l'absence de gravité, les passagers d'Orion sont invités à faire de l'exercice. "La Nasa leur donnera un programme pour rester en forme", assure Brandi Dean. Et éviter ainsi de perdre trop de masse musculaire, explique l'agence spatiale américaine sur son site.

2Comment iront-ils aux toilettes ?

Les capsules sont conçues pour ne comporter que le strict nécessaire, afin de réduire au maximum leur poids, et ainsi les besoins en carburant. Mais les astronautes auront au moins droit à un petit coin, assure la porte-parole de la Nasa : "Bien sûr, ils auront des toilettes." Ça n'a pas toujours été le cas, rappelle au magazine Air & Space un ingénieur qui a participé à la conception d'Orion : "Sur Apollo, ils n'avaient que des sacs en plastique. Sur un voyage de deux semaines, ça pouvait devenir pénible."

Les toilettes de l'espace sont assez différentes de celles qu'on trouve sur Terre. "Quand vous allez aux toilettes sur Terre, vous comptez beaucoup sur la gravité", explique l'astronaute canadien Chris Hadfield dans cette vidéo. Dans l'espace, une ceinture de sécurité est nécessaire pour ne pas s'envoler, et les toilettes fonctionnent comme une sorte d'aspirateur, pour éviter que quoi que ce soit ne flotte. Il faut aussi séparer "les solides et les liquides" pour des raisons de stockage : les astronautes urinent donc dans un tuyau.

3Pourront-ils rester propres ?

"La douche qui fonctionne en absence de gravité n'a pas encore été inventée", s'amuse Brandi Dean. Mais les astronautes bénéficient tout de même d'un minimum d'hygiène. Ils peuvent se laver avec de l'eau et du savon, qu'on leur fournit déjà mélangés dans des tubes, et qu'ils appliquent avec une serviette. Des shampoings sans rinçage - "développés pour les patients des hôpitaux qui ne pouvaient pas se doucher", explique la Nasa - leur permettent aussi de se laver les cheveux. 

En revanche, les passagers d'Orion n'auront pas forcément de vêtements de rechange. "La Lune n'est pas si loin. S’ils allaient sur Mars, ils auraient de quoi se changer", pointe Brandi Dean. La Nasa mène actuellement des recherches sur des matériaux textiles pour créer des vêtements qui se portent longtemps sans nuire à l'hygiène.

4Que vont-ils manger ?

Fini les repas en poudre ou la nourriture en tubes des premiers vols habités dans l'espace. Les progrès techniques permettent aujourd'hui aux astronautes de la Station spatiale internationale de manger de la nourriture variée semblable à celle que l'on trouve sur Terre, comme le montre cette vidéo de l'astronaute Chris Hadfield se préparant un burrito de l'espace.

Sur Orion, en revanche, l'incertitude demeure sur les menus. "Peut-être auront-ils des rations prêtes à manger ou de la nourriture déshydratée, si on trouve un moyen technique de la réhydrater dans la capsule", estime Brandi Dean. Pour atteindre Mars, il faudrait d'avantage d'espace pour stocker les réserves de nourriture nécessaires à un voyage de trois ans. "Il y a encore beaucoup de recherche à faire d’ici à l’envoi de personnes dans la capsule Orion, pas prévu avant 2021, concède Brandi Dean. Mais, je suis sûre que nous serons prêts le moment venu."

5Comment éviter de s'ennuyer lors d'un si long voyage ?

Au bout de 21 jours dans le vide intersidéral - voire des années pour aller sur Mars -, les astronautes pourraient trouver le temps long. Mais la Nasa leur prépare de quoi s'occuper. "Leur programme est fixé à l'avance et à 5 minutes près : l'heure de leur réveil, des repas, les tâches à accomplir ou leurs moments de repos",
détaille Brandi Dean. Ils peuvent, bien sûr, s'écarter de cette feuille de route selon les besoins, mais ce dispositif doit leur permettre de garder des repères. Ce qui n'est pas toujours aisé quand on assiste à 16 levers et couchers de soleil par jour, comme c'est le cas pour les astronautes en orbite autour de la Terre.

Pour une longue mission, "on donnerait forcément du travail" aux astronautes, comme des expériences à réaliser, assure la représentante de la Nasa. Ce ne serait pas forcément le cas pour un trajet sur la Lune, mais "il y a toujours des choses à faire" dans une mission spatiale. Et pour leurs loisirs, les passagers de la capsule Orion seront bien aidés par la technologie. "Aujourd’hui, avec les tablettes, emmener de quoi se divertir, des films ou des livres, ne pose pas de problème de place", sourit Brandi Dean.

Vous êtes à nouveau en ligne