Mission vers Mars : la Chine est "au niveau" dans la conquête spatiale, estime un planétologue

Dans le cadre de la mission Tianwen-1 vers Mars, une fusée Longue Marche-5 décolle du centre de lancement spatial de Wenchang dans la province de Hainan, Chine, le 23 juillet 2020.
Dans le cadre de la mission Tianwen-1 vers Mars, une fusée Longue Marche-5 décolle du centre de lancement spatial de Wenchang dans la province de Hainan, Chine, le 23 juillet 2020. (NOEL CELIS / AFP)

Le planétologue et professeur Sylvain Bouley, invité de franceinfo jeudi, détaille la mission chinoise qui vise à explorer la région Utopia Planitia de Mars. "Si les Chinois réussissent, ils seront la deuxième nation à atterrir sur Mars", explique-t-il.

Sylvain Bouley, planétologue et professeur au laboratoire Géosciences de l'université Paris-Sud à Saclay (Essonne), a affirmé jeudi 23 juillet sur franceinfo que la Chine était "au niveau" des Américains et des Russes dans la conquête spatiale alors qu'elle a envoyé ce jour une sonde sur Mars. Selon lui, cette mission qui vise à explorer la région Utopia Planitia de la planète rouge, n'a "rien à envier aux autres missions martiennes".

franceinfo : La Chine est-elle au niveau des Etats-Unis ou des Russes dans la conquête spatiale?

Sylvain Bouley : Elle est au niveau. On l'a vu sur la Lune. Effectivement, elle a vraiment de beaux projets puisqu'elle veut faire du retour d'échantillons d'ici 2030. On le voit avec cette mission qui est quand même très technologique, avec un orbiteur, avec un atterrisseur et un robot. Normalement, si tout se passe bien, on aura un vrai rover d'à peu près 250 kilos qui devrait aller parcourir plusieurs kilomètres à la surface de Mars et d'aller faire plusieurs études minéralogiques, de belles photos, de pouvoir aller aussi essayer de comprendre le champ magnétique local, la météo. Rien à envier aux autres missions martiennes et européennes.


La mission chinoise va explorer Utopia Planitia, une région de Mars inconnue. On devrait obtenir de données différentes ?

Oui, c'est pour ça qu'il faut multiplier finalement ces missions. C'est comme explorer la planète Terre. La planète Terre, on la connaît aujourd'hui parce qu'on l'a parcourue dans son ensemble. Si on veut comprendre la planète Mars, il faut multiplier ses missions. Et finalement, on n'est qu'au début de l'exploration.


On recherche des traces d'eau ?

Effectivement, la mission va avoir un radar, donc on va regarder s'il y a de la glace d'eau en profondeur. Mais de manière générale, on l'a bien vu avec les différentes missions, tout ce qu'on voit depuis l'espace est finalement limité. Donc, il faut aller casser le caillou quasiment sur place, aller prendre les photos les plus précises et les analyser. Effectivement, Utopia Planitia est un grand bassin d'impact qui a dû être rempli d'eau et notamment était le sud de cet océan boréal il y a près de 3 milliards d'années. Voilà un endroit où il y a certainement des mystères à aller étudier.


Ce qui fait rêver le grand public, c'est de savoir si on va pouvoir y aller sur Mars. Est-ce que détecter la présence de l'eau a un intérêt dans l'optique d'une prochaine mission habitée ?

Dans un premier temps, c'est technologique. C'est-à-dire que les Chinois apprennent à atterrir sur Mars. Ce n'est pas rien. Il faut rappeler que seuls les Américains ont atterri pour l'instant sur Mars. Il y a 8 missions et les Russes, les Européens ont échoué. Donc, si les Chinois réussissent, ils seront la deuxième nation à atterrir sur Mars, ça ne sera pas rien pour les futures missions martiennes. Naturellement, ce n’est jamais une promenade de santé. Il y a toujours quelque chose à apprendre et donc il faut connaître cet environnement pour un jour aller l'explorer.


Est-ce que la Chine va faire profiter de ses découvertes au reste de la communauté internationale ? 

Oui, sans nul doute. En fait, la "communauté planéto", notamment martienne, se réunit régulièrement dans de grandes messes tous les ans, comme la conférence à Houston au mois de mars. Et nul doute que les responsables chinois viendront communiquer. Ils ont communiqué quand même correctement sur cette mission. Donc, on aura les résultats peut-être avec un petit délai. Mais en tout cas, les scientifiques chinois ont envie de montrer ce qu'ils vont découvrir dans le futur.

Vous êtes à nouveau en ligne