Le télescope Kepler, qui observe les étoiles depuis l'espace, est en panne

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)

Chargé de rechercher les planètes analogues à la Terre dans d'autres systèmes solaires, le télescope Kepler a cessé de fonctionner. Un incident technique pourrait compromettre sa mission débutée en 2009. En avril dernier, il avait permis la découverte de deux planètes où la vie serait susceptible d'exister. En quatre ans, il a scruté 150.000 étoiles.

Houston,
nous avons un problème ! Le premier télescope spatial mis en
place par la Nasa pour rechercher des planètes analogues à la Terre
dans d'autres systèmes solaires, est tombé en panne. Le
mécanisme lui servant à scruter une partie de l'univers est
paralysé. Deux de ses quatre gyroscopes ont cessé de fonctionner. Un
incident qui pourrait marquer la fin de la mission du télescope.

Une
mission de réparation impossible

 "Le
télescope a été mis en mode de sécurité pour recharger les
batteries et continuer 
à
communiquer avec la Terre"
, a précisé John Grunsfeld, le
responsable de la division sciences de la Nasa, l'agence spatiale
américaine. Les ingénieurs ont
constaté, la semaine dernière, que ce gyroscope ne bougeait plus
malgré les commandes du sol. "Ce problème s'était
déjà produit en 
juillet
dernier avec un autre gyroscope de Kepler qui a cessé de
fonctionner 
", a précisé
le responsable de la Nasa.
 

Ce
télescope se trouvant à 64 millions de kilomètres de la Terre, il
est beaucoup trop loin pour qu'une mission de réparation, automatique ou réalisée par un astronaute, soit envisageable.

"Ce
n'est certainement pas une bonne nouvelle pour la mission, qui
marchait si bien et était si prometteuse", a déclaré le numéro deux du projet, Charles Sobeck, au Centre
de recherches Ames de la Nasa. 

Pourtant John Grunsfelf n'est pas encore prêt à déclarer la fin de
Kepler : "les ingénieurs  examinent les données très
soigneusement (...) pour voir s'il est possible de reprendre les
activités scientifiques du télescope".

 

Kepler révolutionne l'étude des exoplanètes

Lancé
en 2009, Kepler
a révolutionné l'étude des exoplanètes, ces planètes qui ne
tournent pas autour du soleil, susceptibles d'abriter des formes de
vie.
 

En quatre ans, il a scruté 150.000 étoiles. Pour chacune d'entre elles, les
scientifiques ont analysé les éventuelles baisses de lumière qui
pourraient indiquer qu'une ou plusieurs planètes leur tournent
autour.

Jusqu'à
présent, il a détecté 2.740 exoplanètes potentielles, dont 130 ont
été confirmées à l'aide d'autres télescopes et équipements.

En
avril, des astronautes avaient annoncé la découverte, grâce à
Kepler, de deux exoplanètes ayant la plus grande similarité avec la
Terre jamais observée. L'eau pourrait y rester à l'état
liquide et permettre potentiellement à la vie
d'exister.

Vous êtes à nouveau en ligne