La Nasa donne son feu vert pour le premier vol habité de SpaceX

Les deux astronautes américains qui participeront à ce vol, Robert Behnken (à gauche) et Douglas Hurley (à droite), le 20 mai 2020 au Kennedy Space Center (Etats-Unis).
Les deux astronautes américains qui participeront à ce vol, Robert Behnken (à gauche) et Douglas Hurley (à droite), le 20 mai 2020 au Kennedy Space Center (Etats-Unis). (BILL INGALLS / NASA)

Après les dernières vérifications d'usage, la Nasa a validé le vol prévu le 27 mai. S'il fonctionne, ce sera la première fois qu'une société privée achemine des astronautes sur la station spatiale internationale.

La Nasa a donné son feu vert vendredi 22 mai au lancement le 27 mai de deux astronautes à bord d'une fusée SpaceX, étape cruciale pour rompre la dépendance américaine envers la Russie depuis 2011 pour accéder à la Station spatiale internationale (ISS). Les hauts responsables de l'agence spatiale et de la société fondée par Elon Musk en 2002 étaient réunis depuis jeudi au centre spatial Kennedy, en Floride, pour vérifier que tout était prêt et sûr pour le premier vol de la capsule flambant neuve de SpaceX, Crew Dragon, avec des passagers à bord.

"Tous les systèmes et sous-systèmes ont été évalués et, à la fin, nous avons approuvé le feu vert", a dit Jim Bridenstine, patron de la Nasa, lors d'une conférence de presse virtuelle au centre spatial, dans une salle de presse vide, en raison de la pandémie de Covid-19. Les astronautes Robert Behnken et Douglas Hurley sont en quarantaine stricte depuis le 13 mai, mais leur mise à l'isolement avait commencé mi-mars, ont-ils raconté de leur côté.

Un décollage prévu mercredi à 22h33, heure de France

Une fusée Falcon 9 de SpaceX propulsera les deux hommes vers le ciel le 27 mai à 16h33 (22h33, heure de France métropolitaine), en direction de la station spatiale où ils s'amarreront le lendemain. Ce sera la première fois que des astronautes américains décollent des Etats-Unis depuis l'arrêt des navettes spatiales en 2011, après trente ans de service.

Depuis, seuls les Russes disposaient d'un moyen de transport vers l'ISS, et des dizaines d'astronautes américains (et d'autres pays) ont appris le russe et emprunté les fusées Soyouz, au départ du cosmodrome de Baïkonour au Kazakhstan, pour se rendre dans la station, occupée en permanence depuis 2000 par des Américains et des Russes.

La Nasa finance, depuis la présidence de Barack Obama, SpaceX (3,1 milliards de dollars de contrats) et Boeing (4,9 milliards) afin de redonner aux Etats-Unis un accès indépendant à l'espace. Le programme devait initialement prendre le relais des navettes en 2015. Un délai que Neil Armstrong, le premier homme à avoir marché sur la Lune, jugeait déjà en 2010 "humiliant et inacceptable". Finalement, la pause aura duré près de neuf ans – à condition que le vol de SpaceX se passe bien.

Vous êtes à nouveau en ligne