Kirobo, le robot spationaute qui parle

Franceinfo
Franceinfo (Franceinfo)

Un androïde japonais a été envoyé dans l'espace pour tenir compagnie à un compatriote astronaute, qui rejoindra la Station Spatiale Internationale (ISS) à la fin de l'année. Mercredi, il est devenu le premier robot à avoir jamais parlé dans l'espace. 

Il s'appelle Kirobo, et fait penser à Astro Boy, le héros de manga créé en 1952 par le japonais Osamu Tezuka. Mercredi, le petit androïde japonais est devenu le premier robot à s'exprimer depuis l'espace, prononçant quelques mots qui ont sonné comme un hommage au célèbre astronaute Neil Armstrong, premier homme à avoir posé le pied sur la lune en 1969.

"Le 21 août 2013, un robot a fait un petit pas vers un futur plus radieux pour chacun ", a-t-il dit en japonais, face à une caméra, tandis que sa bouche et ses yeux s'allumaient au rythme de ses paroles. "Bonjour à tout le monde sur Terre , a-t-il ajouté. Je suis Kirobo. Je suis le premier robot astronaute au monde à parler. Ravi de vous rencontrer ! "

Un robot de compagnie

Kirobo – contraction de Kibo , nom du laboratoire japonais de l'ISS, et de robot – est le fruit d'un projet pensé par le roboticien japonais Tomotaka Takahashi et développé avec les chercheurs de l'Université de Tokyo, Robo Garage, Toyota et Dentsu.

Son objectif premier est d'étudier dans quelle mesure un robot de compagnie peut apporter un soutien moral à des personnes isolées pendant longtemps. Le petit robot (34 centimères, 1 kg) doit en effet être capable de converser normalement avec le spationaute japonais Koichi Wakata, qui rejoindra l'ISS à la fin de l'année. Kirobo a pris un peu d'avance, puisqu'il a rejoint les lieux dès le mois d'août, avec 5,4 tonnes de vivres.

Un atout pour Tokyo 2020 ?

En plus de sa fonction de soutien moral, Kirobo a un autre but : soutenir la candidature de Tokyo à l'organisation des Jeux olympiques de 2020. Les images de ses premiers mots ont été diffusées pour la première fois mercredi lors d'une session du Comité International Olympique (CIO), qui se tenait à Buenos Aires.

La capitale japonaise est en concurrence avec Madrid et Istanbul. Le CIO fera part de sa décision samedi. On saura alors si le soutien de Kirobo aura été important ou non.

Vous êtes à nouveau en ligne