DIRECT. Report du lancement du premier vol habité de la capsule de SpaceX vers la Station spatiale internationale en raison du mauvais temps

SPACEX / YOUTUBE

Une nouvelle ère spatiale devait s'ouvrir mercredi, avec le lancement par la société SpaceX de deux astronautes de la Nasa dans l'espace, une capacité longtemps monopole d'une poignée d'Etats, et dont les Etats-Unis eux-mêmes étaient privés depuis neuf ans.

Le début d'une nouvelle ère spatiale va devoir attendre. La société SpaceX devait lancer, mercredi 27 mai, une capsule qui devait rejoindre la Station spatiale internationale avec, à bord, deux astronautes américains. Mais le lancement a été reporté en raison du mauvais temps peu avant le décollage prévu à 16h33 (20h33 GMT, soit 22h33 heure de Paris). Suivez la situation dans notre direct.

Les mauvaises conditions météorologiques reportent le lancement. Le lancement devait avoir lieu depuis le centre spatial Kennedy, en Floride. Mais pluie et orages ont arrosé la côte et le Centre national des ouragans a annoncé la formation d'une tempête tropicale au large de la Caroline du Sud, plus au nord. Cela représentait, de fait, un risque pour les astronautes en cas d'amerrissage d'urgence dans l'Atlantique après le décollage. Le décollage était prévu à 16h33 (20h33 GMT, soit 22h33 heure de Paris) sur le pas de lancement numéro 39A, d'où décollèrent Neil Armstrong et ses coéquipiers d'Apollo. Mais il a été reporté à cause des mauvaises conditions météo. "C'était un bel effort de l'équipe, mais nous comprenons", a répondu l'astronaute Doug Hurley, après que le directeur du lancement lui a annoncé ainsi qu'à son coéquipier Bob Behnken que le temps ne s'améliorerait que dix minutes après l'heure qui était prévue pour le lancement.

Quelle fusée ? Une fusée Falcon 9 de SpaceX, avec à son sommet la nouvelle capsule Crew Dragon, doit décoller. L'agence spatiale a payé plus de trois milliards de dollars pour que SpaceX conçoive, construise, teste et opère sa capsule, réutilisable, pour six futurs allers-retours spatiaux. Le développement a connu des retards, des explosions, des problèmes de parachutes, mais SpaceX a battu le géant Boeing, également payé pour fabriquer une capsule (Starliner), toujours pas prête.

Qui sont les deux astronautes à bord ? Robert L. Behnken et Douglas G. Hurley sont tous les deux d'anciens pilotes militaires, recrutés à la Nasa en même temps et mariés à des astronautes. Ils se sont rencontrés en 2000, au début de leur formation à l'agence spatiale, et sont devenus depuis meilleurs amis, a raconté Doug Hurley, 53 ans. Robert Behnken, 49 ans, titulaire d'un doctorat en ingénierie mécanique à l'Institut technologique de Californie, s'est enrôlé pendant ses études et a fini à la mythique école des pilotes d'essai de l'armée de l'air à Edwards Air Force Base en Californie. Colonel, il a volé à bord de 25 appareils différents, dont le chasseur F-22. Doug Hurley était également colonel mais comme aviateur dans le corps des Marines, pilote spécialiste des F-18.

Une nouvelle phase dans la conquête spatiale. Pour la première fois, la Nasa fait appel à une capsule habitée conçue et opérée pour elle par une société privée. Le but est d'économiser de l'argent public en déléguant aux entreprises l'accès à l'orbite terrestre pour se concentrer sur l'exploration spatiale, avec la Lune et Mars en ligne de mire.