DIRECT. Suivez le vol de IXV, l'avion spatial expérimental européen

Ce direct est terminé.

La mission du véhicule expérimental sera courte : cent minutes. IXV se séparera du lanceur 18 minutes après le tir, à 320 km de la Terre. Il montera jusqu'à une hauteur de 450 km puis entamera sa descente.

L'Europe lance, mercredi 11 février, un petit avion spatial expérimental afin de tester sa rentrée contrôlée dans l'atmosphère : une étape clef pour la conception d'engins aptes à revenir sur Terre. Son décollage de Kourou (Guyane), prévu à 14 heures, heure de Paris, a été repoussé de 45 minutes.

Baptisé IXV (prononcer à l'anglaise "I" "X" "V" pour Intermediate eXperimental Vehicle"), il mesure cinq mètres de long et pèse environ deux tonnes. Dépourvu d'ailes, ce vaisseau non habité volera un peu comme un avion lors de sa rentrée dans l'atmosphère, grâce à son design aérodynamique.

Un bateau chargé de le récupérer

"Le retour d'orbite est une des disciplines les plus difficiles à réaliser dans le domaine du spatial", explique Giorgio Tumino, responsable du programme à l'Agence spatiale européenne (ESA). Si l'angle de rentrée est trop important, le vaisseau risque de brûler. S'il est trop faible, IXV risque de ne pas atteindre le point fixé pour son retour sur Terre, souligne l'ESA.

La mission du véhicule expérimental sera courte : cent minutes. IXV se séparera du lanceur 18 minutes après le tir, à 320 km de la Terre. Il montera jusqu'à une hauteur de 450 km puis entamera sa descente.

A 120 km de hauteur, il rentrera dans l'atmosphère à la vitesse très élevée de 7,5 km par seconde (27 000 km/h). Le frottement avec l'air ralentira le vaisseau. Sa forme aérodynamique le portera, lui permettant de voler brièvement avant que ses parachutes s'ouvrent et qu'il plonge à un point précis dans l'océan Pacifique, loin de toute zone habitée. Un bateau se chargera de le récupérer.

Vous êtes à nouveau en ligne